Etiquetage des pneus, ce qui change

Depuis le 1er mai, les pneus pour voitures et camions doivent afficher des informations plus claires sur leur efficacité en consommation de carburant, leur adhérence sur sol mouillé, neige et verglas, ainsi que sur le bruit provoqué par le roulement.

pneus

Sensibiliser les consommateurs aux économies de carburant, à améliorer la sécurité et à réduire la pollution sonore : tels sont les objectifs du nouvel étiquetage des pneus rendu obligatoire dans tous les pays de l’Union européenne depuis quelques jours. Concrètement, l’étiquetage devra informer les consommateurs sur l’efficacité en carburant, l’adhérence sur sol mouillé et le bruit de roulement des pneus.

Etiquetage pneus : des informations précieuses

Selon la Commission européenne, l’amélioration de l’étiquetage des pneus fournira aux consommateurs de plus amples informations sur l’efficacité en carburant, la sécurité et le bruit. Ce qui leur permettra d’obtenir des renseignements précis et comparables sur ces aspects lors de l’achat de pneumatiques. Surtout, les nouvelles règles vont permettre de garantir des véhicules plus propres, plus sûrs et plus silencieux et d’optimiser la contribution de ce système à la décarbonation du secteur des transports.

De nouvelles données

À plus long terme, l’étiquette inclura des informations sur le kilométrage du véhicule, l’abrasion, les pneus rechapés et l’adhérence sur la neige et le verglas. Les données relatives au kilométrage et à l’abrasion seront ajoutées lorsqu’une méthode de test sera disponible. L’abrasion des pneus durant l’utilisation est une source significative de micro-plastiques qui sont néfastes pour l’environnement.

QR code

A noter que le nouveau système d’étiquetage s’appliquera également aux véhicules utilitaires lourds (pneus dits C3) qui ne sont pas actuellement couverts par les exigences européennes en matière d’étiquetage. Les étiquettes devront être clairement lisibles pour les consommateurs, être présentes partout où les pneus sont vendus et offrir un QR code facile à scanner. « L’étiquetage actualisé des pneus est un outil simple mais efficace qui contribue à une mobilité plus sûre et plus propre en encourageant les changements de comportement des consommateurs. Le règlement garantit que les consommateurs reçoivent des informations claires, pertinentes et comparables lorsqu’ils choisissent leurs pneus », souligne Henna Virkkunen, rapporteure de la Commission européenne. « Les particules rejetées par les pneus sont à l’origine de la majorité des microplastiques libérés dans l’environnement. Le règlement traite cette question urgente en incluant les paramètres de kilométrage et d’abrasion dans le champ d’application dès que des méthodes d’essai appropriées seront disponibles », ajoute-t-elle.

Adhérence sur routes mouillées

Les nouvelles règles concernent principalement trois aspects. Il s’agit d’abord de mieux mesurer le degré d’adhérence du pneu sur les routes mouillées. Elément primordial de sécurité, le pneu doit bénéficier d’un niveau optimal d’adhérence sur sol mouillé. Désormais, l’évaluation de ce critère est effectuée selon un barème de notation allant de A à G.

Performance énergétique

Le barème de notation allant de A à G sera également utilisé pour évaluer la performance énergétique des pneus. Une nouveauté là encore très importante car l’efficacité d’un pneu se mesure par son degré de résistance au roulement. Autrement dit, plus le pneu présente une faible résistance au roulement, meilleurs sont les résultats du véhicule en matière de consommation de carburant et d’émission de CO2.

Niveau sonore des pneus

Troisième information désormais obligatoire pour le consommateur, le niveau sonore du pneu. De nouveaux seuils de bruits ont ainsi été instaurés. Une grille à trois niveaux, symbolisée par une, deux ou trois ondes permettra de mesurer en décibels (dB) le niveau de bruit généré par le pneu.

Selon l’Union européenne, le nouveau système d’étiquetage pourrait aboutir à une réduction de 10 millions de tonnes d’émissions de CO2 et à une augmentation de chiffre d’affaires de 9 milliards d’euros pour le secteur.