Peugeot 208 : la voiture de l’année, c’est elle

Le Goncourt de l’automobile a été décerné hier à Genève et c’est la Peugeot 208 qui emporte le trophée de la voiture européenne de l’année. Un bel exploit pour la marque qui le gagne pour la troisième fois en 6 ans.

Peugeot 208

C’est un triplé. En l’espace de 6 ans, Peugeot a raflé trois fois le prix convoité de la voiture de l’année. En 2014, c’est la 308 actuelle qui l’emportait, suivie en 2017 du Peugeot 3008. Hier, c’est donc la nouvelle citadine Peugeot 208 qui a gagné le trophée convoité de la voiture européenne de l’année au cours d’une cérémonie virtuelle. Remis traditionnellement lors de l’ouverture du salon de Genève, le prix a été annoncé en live stream depuis le hall suisse déserté, puisque la manifestation a été annulé en raison du coronavirus.

La peugeot 208 : 3 prix au catalogue

Peugeot est donc aujourd’hui le seul constructeur a disposer à son catalogue, de trois voitures récompensées par ce prix et toujours en vente. Ce qui justifie le fait que la Peugeot 208 soit la voiture de l’année. Car si la compacte 308 est en fin de vie et devrait être renouvelée prochain, le SUV 3008, premier du genre récompensé, fait les beaux jours, et les belles marges de la marque. La gagnante 2020 est, quant à elle, sur le marché depuis la fin 2019 et affiche un joli score depuis son lancement. Elle figure d’ailleurs en tête des ventes en France au mois de janvier, ou pour la première fois depuis dix ans, elle a dépassé les chiffres de son ennemi de toujours, la Renault Clio. Cette dernière, elle aussi renouvelée l’an passé était évidemment en lice pour le prix. Elle a fini en quatrième position, avec 70 ponts de retard sur la Peugeot.

Une mauvaise surprise pour Renault mais pas pour la Peugeot 208

Contrairement à la Peugeot 208. Pour Renault, un mauvais score qui est une surprise. Les jurés français l’ont d’ailleurs placé en tête alors que la plupart des autres pays d’Europe l’ont relégué en queue de peloton. Pourquoi ce désaveu ? La marque française n’a pas séduit le comité depuis 14 ans, depuis le temps ou une autre Clio, 3e du nom l’a emporté. Pourtant, la nouvelle Renault ne démérite pas. Ni par ses qualités routières ni par son style. Un style qui, justement, n’a guère évolué depuis l’ancienne génération, et c’est peut-être ce que lui ont reproché les votants.

Luxe et premium à l’affut

Pourtant, si la Clio est loin du vainqueur à ce classement, d’autres autos surprenantes sont plus proches. A l’instar de la Tesla Model 3 et de la Porsche Taycan. Deux voitures premium, et même de luxe, mais aussi deux voitures électriques qui se placent respectivement à 39 et à 59 points du vainqueur. Ce sont certes des autos chères, mais elles se distinguent toutes les deux dans leur domaine. La Tesla doit certainement sa place à son autonomie énorme, ses performances remarquables et son tarif somme toute contenu. Quant à la Taycan, elle prouve que, malgré l’électrification, une sportive reste une sportive. Et une Porsche reste une Porsche. 

La Toyota Corolla reléguée au fond du classement

Reste que toutes les deux se sont fait coiffer sur le poteau par une citadine polyvalente toute simple. Pourtant la Peugeot 208 n’est pas simpliste. Elle est même parfaitement intégrée dans son époque. L’i-cockpit de la Peugeot 208 et ses compteurs numériques séduisent les clients et ont sans doute séduit les jurés. Elle dispose de plus d’une version électrique de 130ch prévue dès son lancement, alors que la Clio hybride rechargeable, et de 130ch aussi, n’est présentée que ces jours-ci, trop tard donc pour que les membres de la voiture de l’année aient pu en tenir compte. Mais c’est aussi grâce à son design que la 208 a marqué des points. Dynamique et trapue, cette auto est certainement l’une des plus séduisante de la catégorie, revisitant intelligemment les codes de la marque, et notamment sa face avant, plutôt adaptée aux SUV. Reste une grande absente de ce palmarès, c’est la Toyota Corolla. Elle n’est certes pas totalement absente, mais reléguée à une avant dernière place plutôt injuste. Ses motorisations hybrides et son style enfin au goût du jour auraient dû lui valoir un score plus honorable. Mais par définition, tout classement est injuste, surtout pour ses perdants.

Partagez l'article sur :