Les marques de luxe ne connaissent pas la crise

Les marques de luxe semblent donner raison à tout ceux qui dénoncent une hausse des inégalités : Porsche, McLaren, Lamborghini et Rolls Royce n’ont jamais autant vendu de voitures qu’en 2018.

porsche-luxe

La baisse du pouvoir d’achat ? Pas pour tous. En épluchant les statistiques de ventes de quelques marques de luxe, un constat s’impose : le très haut de gamme (à partir de 100 000 euros le modèle) se porte plus que bien et pas seulement en Chine, mais aussi au Japon et en Amérique du Nord. Si l’Europe connaît un coup de mou, il n’est pas lié aux problèmes d’argent des richissimes acheteurs du vieux continent, mais aux nouvelles normes d’homologation européennes qui ont compliqué l’accès au marché pour ces constructeurs. Mais outre le fait que la clientèle (très) aisée soit toujours attiré par ces marques plutôt bling-bling, le phénomène SUV, qui touche l’ensemble du marché, et qui s’empare désormais du luxe, fait venir vers cette niche des clients qui, jusqu’à présent se contentait d’acheter leurs voitures dans des gammes un peu moins chères. Une notion toute relative, puisqu’il s’agit d’Audi, Mercedes et BMW. Peut-être que ce transfert est l’une des explications de la stagnation des ventes des deux dernières, et de leur baisse en ce qui concerne la première.

Porsche : la réussite effrontée

En laissant son premier SUV en 2002, personne n’y a cru, traitant le constructeur allemand de traitre à la cause de la sportivité. 16 ans plus tard, le Cayenne est toujours là et le Macan, SUV plus petit est apparu, Porsche est l’un des constructeurs les plus profitables au monde et les SUV représentent 6 ventes sur 10. En 2018, la marque, qui croit chaque année, s’est offert une fois de plus une hausse record, en augmentant ses ventes de 4%. L’Allemand a, en effet, livré quelque 256 255 voitures. Et si le marché chinois connaît quelques soubresauts ces temps-ci, le pays reste l’Eldorado de la marque de Zuffenhausen. Là-bas, ses ventes ont progressé de 12 %. C’est, et de loin, le plus gros marché de Porsche (80 108 immatriculations). Heureusement, car une baisse de régime se fait sentir en Europe. En cause : l’arrêt des modèles à moteur diesel et le passage à la norme WLTP. Pourtant, il n’y a pas que les SUV dans la vie et la berline Panamera renouvelée il y a deux ans n’est pas en reste : elle s’envole de 38 % avec 38 443 exemplaires distribués. Mais le tour de force vient de la bonne 911, l’emblématique coupé maison : 35 573 livraisons soit une progression de 10 %, alors que la 991 était en fin de carrière et que le nouveau modèle est annoncé dans quelques semaines.

Lamborghini sur les traces de Porsche

Lorsque, comme Lamborghini on appartient à la galaxie VW (Seat, Skoda, Volkswagen, Audi, Porsche, Bentley) c’est tentant de faire comme ses cousins. Alors Lamborghini y est allé lui aussi de son SUV. Il s’appelle Urus et a réussi à déclencher l’acte d’achat auprès d’une clientèle, évidemment fortunée, mais plus familiale. Résultat : une hausse des ventes de 51% avec presque 2 000 SUV vendus et 5 750 voitures au total. Le best-seller de la maison reste néanmoins le coupé Huracan. Lamborghini cartonne aux USA, au Royaume-Uni et au Japon.

Rolls Royce, la Phantom en attendant le SUV

Boudée par nombre de puristes de la belle auto et les collectionneurs, la réussite de Rolls-Royce reste un mystère. Avec un modèle de base qui coûte près de 300 000 euros, la marque a néanmoins réussi à écouler plus de 4 000 voitures en 2018, soit une énorme progression de 22%. La nouvelle Phantom a boosté les ventes. Et en 2019, avec le SUV Cullinan, la marque de luxe anglaise risque de cartonner encore plus, notamment aux Etats-Unis.

McLaren : la petite marque qui monte

L’anglais est celui que l’on n’attendait pas. Alors qu’Aston Martin connaît des difficultés, malgré son incroyable image, le petit McLaren, dont l’aura est bien moindre, cartonne. En 2018, la marque a progressé de 43,9 % en vendant plus de 4 800 autos. Une réussite liée à un réseau en plaine expension et à une gamme en pleine explosion. McLaren enchaîne les nouveautés à la pelle, avec notamment la présentation en 2018 de la 600LT et de la 720S Spider. Le petit constructeur a également dévoilé la Speedtail, une hyper GT qui sera produite à 106 exemplaires seulement, histoire de consolider son image de constructeur exclusif. L’Amérique du Nord représente son premier marché, avec un tiers de ses immatriculations. Mais c’est en Chine que les ventes ont fait un bond gigantesque en 2018 avec une progression de + 122 %.