Occasions Toyota : quand l’hybride devient accessible

Si la marque japonaise propose, pour peu de temps encore, quelques diesels, ce sont surtout ses modèles hybrides qui se vendent, neufs, ou d’occasion.
La marque japonaise l’a annoncé en début d’année : le diesel chez Toyota, c’est terminé. Évidemment, il reste quelques modèles neufs en stock et de nombreuses autos à vendre d’occasion, notamment sur vivacar. Mais désormais, la marque mise sur l’essence, et surtout sur sa variante hybride qui représente 60% de ses ventes en France. De la citadine à la grande berline en passant par le SUV, la synergie électrique essence s’est imposée partout dans la gamme avec en plus, ce qui a toujours fait le succès de Toyota dans le monde : son excellente fiabilité.

Yaris : unique citadine hybride

toyota-yaris

Fabriquée à Valenciennes depuis 2001, c’est la plus française des japonaises depuis trois générations. Mais c’est aussi la seule citadine polyvalente hybride et ce, depuis 2012. La Honda Jazz, autre petite japonaise a jeté le gant et n’offre plus cette possibilité sur sa version la plus récente. Au menu de ce moteur essence-électrique de 100ch : des performances ultra-correctes pour une petite auto et surtout un appétit d’oiseau. Car au final, cette Yaris consomme aussi peu qu’un diesel sans ses inconvénients : un entretien excessivement cher et une pollution aux particules fines toujours néfaste. De plus, son coffre offre une bonne contenance et son habitabilité est dans la norme, même si la baquette arrière coulissante n’est plus de mise sur la dernière génération.

CHR : hybride à la mode

toyota-chr

C’est un carton. Depuis son lancement fin 2016, le SUV Toyota C-HR (Coupé High Rider) rencontre le succès et devient la quatrième SUV le plus vendu en France. Une réussite liée, là encore, à sa formule hybride de 122ch cumulée, mais aussi à son style très spectaculaire. Mais comme toutes les Toyota bénéficient d’une côte très forte, ce C-HR, succès aidant, est encore plus valorisé. Un achat qui reste donc cher, mais qui mérite le détour puisque l’acheteur pourra revendre plus facilement son acquisition dans quelques temps.

Auris : hybride et costaud

toyota-auris

Difficile de se faire un nom au royaume surchargé des compactes. Mais l’Auris, concurrente des Peugeot 308, Citroën C4, Renault Mégane et surtout Volkswagen Golf s’en tire très honorablement grâce aux points forts de la marque : sa fiabilité et son système hybride. D’autant que ce dernier est celui de la Prius, qui dispose de 136ch cumulés. En y ajoutant un zest de confort, un maximum d’habitabilité, on obtient une auto à la fois compacte et grande routière.

Prius : la pionnière

toyota-prius

Elle a inventé le genre en 1997 et depuis deux décennies, la première des hybrides ne cesse de s’améliorer. Sa quatrième génération, qui repose sur une toute nouvelle plateforme est encore plus sobre, avec une consommation moyenne de 5L/100km, mais elle est aussi plus puissante (136ch) et beaucoup plus dynamique à conduire. Même sa fameuse boite automatique à variation continue s’est améliorée. Quant à son coffre, le point faible des générations précédentes, il est enfin digne de ce nom grâce à une meilleure répartition des batteries, qui lui permettent toujours d’effectuer les premiers kilomètres en mode tout électrique. Elle est également disponible en version rechargeable pour une encore plus grande sobriété. Un modèle qui offre même en série un toit solaire qui permet de grappiller 5km supplémentaires d’autonomie par jour. Résultat de ces améliorations, la Prius a plus que jamais la cote sur le marché du neuf comme sur celui de l’occasion.