De nouveaux radars guettent les excès de vitesse

Alors que 75% du parc de radars a été détérioré dans l’hexagone durant la crise sociale des « Gilets jaunes » et suite à l’annonce des 80Km/h sur les routes secondaires, l’Etat a fait savoir qu’un nouveau type de radars allait éclore. Il s’agit des radars tourelles encore plus précis dans les sanctions au Code de la route.

radars : excès de vitesse

Vendredi dernier, la Sécurité routière a annoncé une hausse de  +3,9% du nombre de morts sur les routes de France. En cause : une météo printanière, certes, mais surtout des radars dégradés. Le mois de mars 2019 se termine sur un premier trimestre catastrophique en la matière. Avec 741 personnes qui ont laissé leur vie sur les routes sur la période janvier-février-mars 2019, les chiffres se situent bien au-delà de la moyenne sur cinq ans (2013-2017), avec » 25 morts supplémentaires », pointe du doigt la Sécurité routière. Alors, dans l’espoir de réduire les accidents de la route, le Ministère de l’Intérieur développe de nouveaux radars. D’ailleurs, dès cette année, ce sont les radars tourelles qui vont faire leur apparition et ces derniers comptent bien ne rien laisser passer. Entre les radars double sens, les radars aux feux rouges et les sociétés privées qui contrôlent la vitesse, les automobilistes auront bien du mal à commettre des infractions sans se faire prendre sur le vif.

Les nouveaux radars tourelles

Sur les 3 275 radars existants, 400 ont été dégradés suite à l’application de la limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires sans séparateur central, en juillet 2018. L’Etat compte les remplacer par des radars plus difficiles à atteindre. Installé à quatre mètres de haut, le radar tourelle, commercialisé par l’entreprise Idemia – ancienne filiale du groupe Safran – aura bien du mal à être approché et donc dégradé. Appelé le Mesta Fusion 2, ce dernier déjà présent dans certaines grandes villes comme Strasbourg ou encore Marseille, est équipé des technologies dernier cri avec, notamment, une caméra haute résolution de 36 millions de Pixel. Ces nouveaux radars tourelles qui devraient rapidement remplacer les radars détériorés, seront d’abord au nombre de 400 sur les routes de France puis 3 600 d’ici 2020. Leur objectif : scanner jusqu’à 126 véhicules sur plusieurs voies et dans les deux sens. Perchés sur leurs mâts, ils seront capables de sanctionner un grand nombre de choses : la vitesse bien sûr, mais aussi le respect des feux rouges, des distances de sécurité, le franchissement d’une ligne continue, ou encore le fait que le conducteur porte bien sa ceinture de sécurité et qu’il ne soit pas au téléphone. Avec une plus grande précision dans les sanctions au Code de la route, l’État souhaite ainsi enrayer la hausse de la mortalité sur les routes, liée aux accidents.

Bientôt des radars leurres

Outre l’installation de ces nouveaux radars tourelle, le gouvernement développe des stratégies et de nouveaux équipements pour lutter contre l’insécurité routière. Le Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) compte notamment installer des radars automatisés et des systèmes de vidéo-verbalisation plus performants. Le nombre de radars autonomes va aussi être augmenté. Ces dispositifs posés sur une remorque peuvent se mouvoir sur tous les côtés de la route et sont particulièrement efficaces dans les zones de chantier ou les zones à risque temporaire. Ces supers radars sont, en effet, capables de flasher les véhicules dans les deux sens, sur quatre voies de circulation en même temps sur une centaine de mètres.

Le ministre de l’Intérieur prévoit également l’installation de faux radars sans flash pour inciter les automobilistes à une plus grande vigilance. D’ici 2020, ces leurres pourraient permettre d’augmenter les portions de route couvertes. Des panneaux signalant un radar inexistant sont également prévus pour faire ralentir les automobilistes. Une manière d’assurer la sécurité routière sans forcément et systématiquement punir à coups d’amende ?

Partagez l'article sur :