Contrôle technique 2018 : les nouvelles réglementations

Mis en place de façon obligatoire en 1992 dans le but d’endiguer le nombre d’accidents sur les routes, le contrôle technique se durcit en Mai 2018 en invoquant les mêmes objectifs. A la clef, des tarifs en hausse de 15 à 20% et des sanctions renforcées. A partir du 20 mai 2018, le contrôle technique ne sera vraiment plus une partie de plaisir. D’ailleurs, pour échapper à ce nouveau dispositif, certains automobilistes anticipent déjà leurs visites. Car les professionnels ont prévenu : avec la nouvelle réglementation du contrôle technique, près d’un véhicule sur deux risque d’être recalé. A quoi faut-il s’attendre ? Réponse.

controle-technique-2018-header

24h seulement pour réparer son auto

Au volant de son Chevrolet Captiva, un automobiliste roule dans son 4×4 diesel depuis 4 ans. Ce dernier a décidé d’anticiper son contrôle technique car il redoute l’augmentation des tarifs lié aux nouvelles réglementations du contrôle technique dès le 20 Mai 2018. Amortisseurs, freinage, direction, depuis la mise en place du contrôle technique obligatoire, tous les organes de sécurité sont checkés. Mais dès le mois de Mai 2018, ce sont 606 points qui seront à vérifier dont 467 seront soumis à la contre-visite. Un voyant moteur, une alerte anti brouillard qui ne fonctionne pas et cela fera l’objet d’une contre-visite. Idem pour les caoutchoucs de pédales absents ou abîmés. En effet, des dizaines de défauts vont devenir des défauts critiques. Pneus lisses, ampoules grillées, carrosserie abîmée… la liste est longue. 127 défauts critiques pourront ainsi entraîner une interdiction de circuler. Et c’est là que ça se complique : l’automobiliste ne disposera que de 24h pour réparer son auto, sans quoi il aura une interdiction de rouler immédiate. En cas de non présentation du véhicule, une amende salée de 135 euros tombera. L’examen du contrôle technique devenant plus long, les centres pourront ausculter moins de véhicules à la journée. Un manque à gagner que viendra combler une augmentation des tarifs, de 50 à 65 euros en moyenne pour une essence et de 60 à 75 euros pour un diesel.
Mais ce n’est pas tout. Les contre-visites jusque-là gratuites, deviendront payantes. Les contre-visites visuelles coûteront autour de 15 euros et les contre-visites où il y aura l’obligation de repasser le véhicule au banc seront de 25 euros en moyenne. Bien sûr, les prix restent libres d’un centre auto à l’autre, mais les professionnels confirment la hausse pouvant aller jusqu’à une quarantaine d’euros.

Mais au fait, pourquoi une telle mesure ? Laurent Palmier, le PDG de Securitest, explique que cette réglementation plus stricte sert à sortir des modèles vieillissants du parc automobile. « En France, 5% des autos contrôlées sont concernées : elles posent des problèmes de sécurité en mettant la vie des gens en péril » décrit l’homme à la tête de plus de mille centres techniques autos. L’objectif serait donc de limiter le nombre de blessés.

Contrôle technique : quand le passer ?

Une voiture doit passer l’épreuve du feu du contrôle technique dans les six mois qui précédent la date du 4eme anniversaire de la mise en circulation. Ainsi, pour une auto mise en circulation le 1er juin 2014, le contrôle technique devra être réalisé entre le 1er janvier et le 30 mai 2018. Valables deux ans, de nouveaux contrôles périodiques seront à inscrire au calendrier tous les deux ans après le contrôle initial. De plus, pour une vente d’une auto âgée de plus de quatre ans, un contrôle technique doit impérativement être effectué et un procès-verbal de contrôle doit être remis à l’acquéreur.

Contrôle technique 2018 : où le faire faire ?

Le contrôle technique doit se dérouler dans l’un des 4900 centres agréés qui existe à ce jour en France. Aucune obligation de le réaliser dans le département d’immatriculation du véhicule.

Bilan du contrôle technique 2018

Si le contrôle se passe sans embûche, cela sera indiqué sur la carte grise ainsi qu’à l’intérieur de la voiture, sur une vignette. En revanche, si des défauts sont notés, il faudra alors passer par la case réparations dans les deux mois si elles appartiennent à la série des 50 points à caractère d’obligation (pneus, suspension, direction…).