La première Mini électrique en pré-commande avant même d’exister

On l’avait découverte sous la forme d’un concept-car au salon automobile de Francfort en 2017. Et, ça y est, la première Mini électrique qui sera une Cooper S et que vous pourrez trouver en concession fin 2019, est déjà en pré commande, plus de 6 mois avant sa commercialisation.

mini électrique

C’est désormais une tradition dans le petit monde de la voiture électrique : plusieurs mois avant de lancer un nouveau modèle, Audi, Jaguar et bientôt Porsche, proposent aux acheteurs intéressés de la précommander avant meme de connaître ses caractéristiques techniques. Une technique héritée des jeux vidéos et du monde de l’électronique qui ne s’est jamais démentie. Aujourd’hui, c’est donc au tour de la filiale de BMW de s’y coller. Sauf que chez Mini, c’est une première, puisque la marque d’origine anglaise n’a jamais versé dans l’électrique complet. Certes, l’électrification de la gamme avait déjà commencé avec le lancement du Countryman hybride rechargeable. Mais la marque va aujourd’hui encore plus loin en mettant déjà en pré commande une future Cooper S zéro émissions. Une démarche logique lorsque l’on sait que la législation européenne compte imposer aux constructeurs une moyenne riquiqui de CO2 de 95 g/km en 2020. Et le seul moyen d’atteindre un tel chiffre reste bien évidemment de laisser le diesel au bord de la route, au profit des voitures électriques mêlées à des modèles essence. Une manière de faire baisser le taux moyen de la gamme toute entière.

Un projet mûri et testé

En se lançant dans cette aventure, Mini n’a pas fait n’importe quoi. Pour valider les technologies et recueillir un maximum d’expériences de conduite des automobilistes lambda, une flotte de 600 Mini électrique ont déjà été commercialisées à titre expérimental aux Etats-Unis, au Mexique, en Chine, au Japon, en Grande-Bretagne évidemment, et même en France. Le constructeur allemand envisage que plus de 20% de ses ventes seront assurées par les véhicules hybrides et tout-électriques à l’horizon 2025. La future Mini E jouera, à coup sûr, un rôle clé dans cette mutation.

Mini électrique : du concept-car au modèle

Le prototype de la future mini électrique que l’on pouvait découvrir à Francfort en 2017, dévoilait une auto à 3 portes (à l’instar du modèle définitif) avec le logo E qui trônait au centre de la calandre et dans la signature lumineuse des phares également (et que l’on retrouve aussi sur la Mini qui sillonnera nos routes fin 2019). C’est la couleur vivifiante jaune qui est l’élément distinctif de la future Mini à zéro émission. Car, contrairement à la stratégie de BMW, Nissan et Renault qui tiennent à créer des modèles électriques qui soient des modèles différents à part entière, la Mini « propre » se veut visuellement similaire à sa frangine thermique. Reste que le site de production de cette future petite auto est basé en Angleterre, dans l’usine historique d’Oxford. Our, en cas de Brexit dur, d’importantes taxes seront exigées pour qu’elle puisse être distribuée ailleurs qu’en Angleterre. L’indécision des élus du Royaume-Uni prend donc des allures d’épée de Damoclès au-dessus du capot de la première Mini électrique.

Le modèle haut de gamme pour ouvrir le bal

Pour son arrivée sur le marché de l’électrique, Mini entend frapper fort. C’est donc le moèle Cooper S qui a été retenu pour cette première. Un choix logique, puisque les solutions mécaniques retenues sont celles de la BMW I3S, la compacte électrique bavaroise. Au menu : 184ch et une autonomie revendiquée de 300km qui, dans la réalité devrait plutôt frôler les 230km. 

Des commandes ouvertes dès aujourd’hui

Si la mode pour les nouveautés électriques est à la précommande, Mini entend également couper l’herbe sous le pied à ses concurrents qui risquent eux aussi de proposer leur citadine à watts dans les prochains temps. C’est le cas de Honda avec sa très craquante Urban EV, ou encore de la Peugeot 208 qui sera disponible l’an prochain en version électrique, ou de la DS3 Crossback de même calibre. Évidemment, pour motiver des clients pour qu’ils réservent une auto qu’ils n’ont jamais vu, il faut leur offrir quelques avantages. Ainsi, les premiers inscrits auront la possibilité de découvrir l’auto en avant-première et surtout d’être livrés dès le premier mois de son lancement. Enfin, en attendant la fin de l’année, ils auront la possibilité de rouler dans une Mini Cooper Edition Heddon Street thermique pour la somme de 375 euros par mois sans apport, jusqu’à la livraison de leur Mini pré commandée. Mais attention, ça va aller vite : seuls les 100 premiers candidats pourront bénéficier de ces avantages. Reste à deviner le loyer de la Mini Cooper SE.