Lotus : virage radical vers l’électrique

Après l’hypercar Evija, Lotus va repasser par la case thermique pour son prochain modèle qui devrait débouler en 2021. Mais ce pourrait bien être la dernière fois : la marque évoque ensuite des supercars en mode 100 % électrique.

Lotus

Après un passé long de 72 ans, Lotus s’apprête à prendre une grosse épingle. Sa prochaine génération de voiture de sport roulera encore à l’essence mais ce sera la toute dernière avant le passage de toute la gamme au mode zéro émission. La marque Lotus, propriété du géant chinois Geely depuis 2017, pense que les voitures électriques à batteries (BEV) sont vraiment adaptées aux sportives. D’après son nouveau patron, le Britannique Phil Popham âgé de 54 ans qui remplace le Français Jean-Marc Galès, « les caractéristiques de couple, la distribution de poids, le design… tout ça conduit à en faire la technologie ultime pour des sportives. » L’homme est convaincu par l’intérêt d’électrifier les voitures. « A long terme, chacun de nos nouveaux modèles pourra être complètement électrique. C’est là que le marché va, donc il faut y être ». La solution hybride ? Le directeur général de Lotus Cars ne veut pas entendre parler. Trop complexe, trop encombrant. Selon lui, « cela va à l’encontre de la philosophie des voitures de sport ».

Lotus Evidja : un bolide 100% électrique

Avec une technologie un brin différente sous le capot, Evija sera de la trempe des Lotus. Ce sera même la plus puissante des autos commercialisée au monde avec un 0 à 297km/h abattu en moins de 9 secondes et une vitesse de pointe de 320 km/h. Et pour élaborer son ingénierie infernale, la ligne de production devra être revue et agrandie. Alors que les ventes de Lotus peinent à dépasser 2000 véhicules par an, la marque aimerait bien pulvériser la barre des 5000 autos produites. D’où l’idée de pousser les actionnaires à investir des millions dans la construction d’un nouveau site notamment.

Les supercars passent à l’électrique

Le salon de Francfort 2019 avait clairement souligné une nouvelle tendance : les supercars se convertissent à l’électrique comme Lotus. La preuve avec Porsche qui a présenté son premier modèle électrique ou encore Lamborghini qui a dévoilé sa première hybride. Audi, Mercedes AMG et BMW ont aussi en tête de faire rouler leurs supercars en mode zéro émission.

Une quinzaine de supercars électriques aux performances ahurissantes devraient être lancées d’ici dix ans. Et si l’idée pouvait faire sourire à l’époque, force est de constater qu’une supercar électrique n’est pas une idée si farfelue que ça, notamment pour affronter les normes antipollution. D’ailleurs, au salon de Francfort, elles sont venues en troupe avec leurs blocs électriques qui font baisser les rejets de CO2.  Ces autos ultra-sportive, aux performances extrêmes et hors de prix, savent correctement utiliser la puissance de la fée électricité et deviennent plus abouties et performantes que jamais. Les constructeurs exotiques, Chinois pour la plupart, à l’instar de Hongqi, sont également magnétisés par cette niche. Porsche, Lamborghini, Audi, Mercedes et désormais Lotus pour les marques les plus connues, en passant par le constructeur Croate Rimac qui a présenté sa C-Two à la puissance à peine croyable de 1914 ch à Francfort, jusqu’à des marques moins grand public comme Zenvo, Pagani, Hennessey… Tout va pour le mieux sur la planète supercars : les records de ventes s’enchaînent, les projets se multiplient, les fiches techniques, grâce à la fameuse électrification des moteurs, sont de plus en plus délirantes.

Partagez l'article sur :