Les voitures hybrides ont la cote en France

Il s’en vend désormais plus que les diesels : les voitures hybrides ont conquis les automobilistes Français. En juin dernier, plus d’une auto sur dix vendue dans l’Hexagone était un modèle hybride.

les voitures hybrides

Durée de lecture estimée: 3 minutes

Pour la première fois en France, les ventes de voitures hybrides ont dépassé en juin dernier les ventes de diesel. Aujourd’hui, les voitures hybrides représentent 26 % des ventes de voitures neuves avec 36 221 immatriculations, contre 22 % pour les diesels. Pour rappel, ces derniers représentaient plus de 70 % des immatriculations il y a à peine 8 ans.

Les chiffres du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) ne disent pas autre chose : la part des véhicules électriques, hybrides et hybrides rechargeables a triplé entre l’année 2019 et l’année 2020, passant de 7,6% à 21,5%. Ainsi et rien que sur l’année 2020, la vente de véhicules dits « écologiques » a connu une poussée de plus de 20%.

Une technologie qui a encore de l’avenir

Même si les constructeurs annoncent tous les uns après les autres vouloir se cantonner exclusivement au 100% électrique dans les années à venir, ils n’ont pas l’intention d’abandonner la technologie hybride qui finalement possède les avantages des deux mondes – thermique et électrique -. Un moteur hybride fonctionne en effet à l’aide de deux énergies complémentaires : l’énergie électrique, qui participe à la locomotion des roues en vitesse basse, et durant certaines manœuvres (comme par exemple les phases d’accélération) et bien sûr l’énergie thermique, qui permet d’assurer l’essentiel des trajets ainsi que la recharge des batteries. 

Ce sont précisément ces batteries, qui, une fois rechargées complètement, redistribuent l’énergie au moteur électrique ainsi qu’à divers équipements indispensables à la sécurité – comme par exemple l’éclairage ou le fonctionnement électrique des vitres.

Ainsi, le conducteur a la possibilité de choisir le type de conduite en fonction de son trajet, et peut ainsi réserver l’utilisation de la version essence/diesel pour les longs trajets, et l’électrique pour les trajets en ville, du quotidien.

Les voitures hybrides : une meilleure consommation

Pour les particuliers comme pour les professionnels, l’utilisation d’un véhicule utilisant la technologie hybride présente bien des avantages.

En premier lieu, il faut signaler l’importante réduction de consommation de carburant – on estime par exemple qu’une Yaris Hybride consomme en moyenne jusqu’à 4,3L / 100 km, contre 5,7 L pour un modèle Yaris équivalent, utilisant une technologie non hybride en cycle mixte.

L’utilisation de la technologie hybride permet également d’améliorer le confort de conduite en ville à basse vitesse. On peut facilement le constater grâce à la fluidité de la propulsion et le silence général. Les différentes manœuvres en agglomération s’en trouvent également facilitées.

Hybride ou hybride rechargeable ?

Les deux technologies ont leurs avantages et leurs inconvénients. Le gros avantage d’une voiture hybride sur une hybride rechargeable est justement qu’elle n’a pas besoin d’être rechargée. Donc pas besoin de partir à la chasse aux prises électriques…

Ces hybrides simples possèdent une batterie d’une capacité modeste, de l’ordre de 1,3 kWh rapidement chargé par le moteur thermique ainsi que la récupération d’énergie cinétique au freinage voire à la décélération. C’est intéressant pour les performances, le moteur électrique apportant davantage de puissance à bas régime, mais du coup, cette faible capacité apporte une autonomie « électrique » très limitée et un gain de consommation surtout visible sur les courts trajets urbains. 

Les hybrides rechargeables, en revanche, reçoivent une batterie d’environ 10 kWh qui alimente un ou plusieurs moteurs électriques. Résultat : une autonomie 100% électrique pouvant atteindre une cinquantaine de kilomètres et des performances relativement élevées et des émissions de CO2 moindres. Le bémol : il faut recharger la batterie sur une prise de courant. Et puis, il faut bien le dire, les hybrides rechargeables coûtent beaucoup plus chères que les hybrides simples. 

Les voitures hybrides apportent un avantage fiscal

Pour les professionnels notamment, les véhicules hybrides constituent également un avantage certain sur le plan fiscal. Ainsi, selon le niveau d’émissions de CO2 du véhicule hybride, l’entreprise peut espérer obtenir une réduction partielle voire totale de la taxe sur les véhicules de société (TVS). Pour obtenir une réduction totale, le véhicule hybride ne doit pas émettre plus de 50g de CO2 / km selon la norme établie par WLTP.

Les aides de l’État comme le bonus écologique et la prime à la conversion sont autant d’arguments pour pousser les français à se tourner vers des véhicules plus verts.