Les pneus connectés et intelligents

Les pneus, alliés indispensables de la sécurité et du confort, ne cessent d’être améliorés. Les équipementiers cherchent même à rendre cette enveloppe de caoutchouc intelligente.

pneus

En matière de sécurité routière, le point faible dans une voiture, c’est le conducteur. Les véhicules autonomes devraient apporter un début de réponse à ce problème. Mais lorsqu’on parle de pilotage automatique on évoque souvent les divers capteurs, les caméras, les radars, les lasers, les calculateurs nécessaires pour analyser toutes ces données et on oublie souvent que le pneumatique est le seul élément qui relie la voiture à la route. A ce titre, il représente l’un des éléments essentiels de la sécurité. Les promesses de ces enveloppes du futur sont nombreuses : amélioration de la tenue de route au profit du confort et de la sécurité, augmentation des performances du véhicule, diminution de la consommation, meilleure prédiction de l’autonomie des voitures électriques, plus d’informations pour le conducteur et amélioration de la conduite autonome. Et même si ça peut encore ressembler à de la science-fiction, les pneus intelligents seront monnaie courante d’ici 5 ans au plus tard. Car eux aussi vont être bardés de capteurs.

Des pneus pour transmettre des données 

Les premières données que transmettront les pneus seront des informations d’adhérence. C’est un renseignement important que négligent aujourd’hui les automobilistes. Par exemple, ils roulent pratiquement aussi vite sur le mouillé que sur le sec alors que l’adhérence est divisée par deux. Cette information d’adhérence, couplée à des données météorologiques permettra au système embarqué du véhicule de se faire une idée précise des conditions de conduite et d’adapter automatiquement l’allure. A noter qu’il existe déjà des informations de pression qui sont transmises à la voiture par les systèmes TPMS, désormais obligatoires.

Smartphone : des infos sur l’usure des pneus 

Grâce à une application, le pneu « futuriste »  délivrera des infos sur le niveau d’usure et préviendra, par exemple, qu’il reste par exemple 5000 km à parcourir dans des conditions de conduite habituelle, avant de devoir remplacer les pneumatiques. On peut même imaginer que lorsque les pneus seront usés, la voiture en commandera automatiquement des neufs au concessionnaire. Ce système novateur devrait sans doute arriver dans un avenir très proche :  moins de deux ans.

Des pneus intelligents sur quelles voitures ?

Sans doute les modèles électriques qui seront les premiers à être équipés de pneus intelligents car ils disposent déjà de nombreux capteurs et de liens qui établissent la connexion avec les pneumatiques. Ces véhicules ont aussi la possibilité de communiquer avec le constructeur pour leur entretien et bientôt avec le réseau routier grâce à la 5G. On peut donc imaginer que les informations d’adhérence fournies par le pneu, par exemple une flaque d’eau en sortie de virage, seront transmises aux véhicules suivants qui pourront soit avertir le conducteur du danger, soit réagir automatiquement.

Des technologies qui ont un coût

Ces technologies sont globalement aujourd’hui très abordables et ne devraient trop augmenter le prix du véhicule. Mais certaines sécurités supplémentaires auront sûrement un coût important. Heureusement, le retour sur investissement sera toutefois vite atteint, puisqu’un incident entraînant une immobilisation du véhicule coûte très cher, notamment aux entreprises… Dans un futur plus lointain, le pneumatique pourrait relever des défis technologiques encore plus incroyables. Le manufacturier Continental par exemple, parle d’un pneu « vivant », qui pourrait modifier sa pression et la taille de sa jante pour s’adapter à son environnement. Chez Goodyear, on pense plutôt à un pneu contenant de la mousse végétale, capable d’absorber du CO2 mais aussi de créer de l’électricité par photosynthèse. Mais, pour l’heure, ces technologies relèvent encore du domaine de la science-fiction.

Partagez l'article sur :