Guide d'achat

Les diesels d’occasion ont la cote

Si le diesel est en perte de vitesse du côté des voitures neuves avec moins d’1/4 des ventes en mars 2021, il est loin d’avoir rendu l’âme du côté des véhicules d’occasion où il représente encore plus de la moitié des transactions.

DIESEL-ESSENCE

Durée de lecture estimée : 3 minutes

Preuve que le mazout est loin d’avoir dit son dernier mot : selon le dernier baromètre Autoscout 24, les moteurs diesel ont représenté 57 % des transactions sur le marché de l’occasion le mois dernier (contre 68% en 2012). Le diesel reste majoritaire dans les achats des particuliers pour les véhicules d’occasion, notamment les autos qui ont plus de dix ans. Les acquéreurs disposent ces derniers temps de petits budgets et se tournent logiquement vers des autos qui ont beaucoup de kilomètres au compteur, et souvent diesels. Si ce type de motorisation disparaît lentement mais sûrement des catalogues des marques automobiles, il n’est pas trop tard pour en dégoter d’occasion. D’ailleurs, sur Vivacar.fr, de nombreux bons plans existent en matière de LOA sur des voitures diesel d’occasion comme la Renault Clio qui ne compte pas lâcher cette motorisation et qui va de nouveau proposer un diesel à la rentrée. Et lorsque le profil de l’automobiliste est celui du gros rouleur, le diesel conserve tout son sens. C’est pour cette raison que même s’il est tombé à 25% dans les achats de voitures neuves, les motorisations de ce type vont refaire surface car il correspond à un besoin pour ceux qui parcourent de nombreux kilomètres à l’année. Pour certains automobilistes, les motorisations diesel restent indispensables… et peuvent même procurer de l’agrément.

Voitures diesel d’occasion : l’heure est à la décote

Avec les ZFE (Zones à faibles émissions) qui se multiplient et le malus qui se durcit, les diesels d’occasion ne semble plus avoir d’avenir. Les acheteurs se tournent plus vers l’essence, ce qui incite les vendeurs à baisser les tarifs. De très belles affaires sont donc à faire parmi les dCi (TDI ou HDI). Il faut dire que le diesel conserve ses atouts : il a un appétit de moineau et son tarif à la pompe demeure encore un peu avantageux. De quoi susciter l’intérêt des ménages les plus modestes et qui trouveront une auto tournant au mazout plus économique à l’usage. Et lorsque ces modèles ont bien décoté, c’est encore plus tentant de se ruer dessus.  

5 modèles qui valent le détour

Sur le marché, quelques modèles de diesels d’occasion destinés aux gros rouleurs sont une aubaine. A commencer par la Skoda Octavia TDI 150 DSG, 116 ou 150 ch avec boîte DSG, que vous pouvez trouver sur Vivacar. L’Octavia est une familiale pratique et pragmatique, au coffre record et à la sobriété remarquable. La Seat Leon avec le même moteur est également un bon plan avec son habitacle accueillant et son espace aux jambes supérieur à celui d’une Golf à l’arrière. Son TDI 150 est performant, discret et ses consommations incroyablement basses (5 litres /100km). Autres bons plans des diesels d’occasion : la Ford Mondeo TDCi de 150 ch au moteur souple et nerveux, la VW Polo TDi 110 qui reste très sobre en ville ou encore la Peugeot 308 BlueHDi de 130 ch EAT8. Assez discret, plutôt performant, consommant très peu, ce BlueHDi 130 fait bon ménage avec la boîte automatique EAT8, douce et gommant le léger creux du diesel à très bas régimes. Pour les gros rouleurs, voilà une association qui a du sens… Enterré, le diesel ? Pas si vite : pour de nombreux automobilistes, il reste indispensable… et peut même procurer un agrément certain.