Les contrôles et vérifications

Une fois le modèle sélectionné, une visite s’impose. Sans oublier l’essai. La visite doit se faire toujours en plein jour. Évitez les jours de pluie, car vous ne verrez pas les défauts de carrosserie (bosses, retouches peinture, etc.). Prenez également votre temps : une voiture ne s’achète pas à la légère. Il faut également ne pas hésiter à poser des questions au vendeur : l’historique de la voiture, ses anciens propriétaires (première ou seconde main), les types d’usage, etc. Vous trouverez ci-dessous les différents points à aborder avant de vous décider, tout spécialement si vous achetez à un particulier.

LE CERTIFICAT D’IMMATRICULATION

Plus connu sous le nom de carte grise. Assurez-vous que le nom indiqué sur la carte grise correspond à celui du vendeur. Vérifiez l’immatriculation avec les plaques minéralogiques ainsi que le numéro de série qui se trouve selon les modèles, dans le compartiment moteur, dans l’habitacle au niveau du pare-brise, sur le châssis derrière une plaque en plastique ou encore côté passager avant.

LE CARNET D’ENTRETIEN

Le carnet d’entretien relate l’historique de la voiture. C’est avec ce document que vous pouvez savoir si la voiture a été bien entretenue ou non et si l’ancien propriétaire a respecté les périodes de révision. Le kilométrage, la date et le tampon du professionnel qui a réalisé les interventions doivent donc apparaître sur ce carnet. Si ce n’est pas le cas, assurez-vous que les factures prouvent bien que les périodes d’entretien ont été respectées.

En effet, les factures d’entretien ou de réparations permettent également de suivre l’historique de la voiture recherchée. Attention, lorsqu’il y a un « trou », c’est-à-dire une longue période entre deux factures, cela signifie souvent que la voiture n’a pas été entretenue correctement ou que le propriétaire cache un défaut.

Pour information, il n’est pas obligatoire que la voiture soit entretenue dans le réseau du constructeur. En effet, le propriétaire est libre de choisir le professionnel sans perdre la garantie constructeur. Mais la faire entretenir dans le réseau de la marque offre un double avantage. Il évite les longues tracasseries en cas de litige et surtout le propriétaire est assuré que les campagnes de rappel qui ne sont pas toujours publiques ont bien été réalisées.

Voici les différents points qui doivent attirer votre attention :

LE LIQUIDE DE REFROIDISSEMENT

Selon les modèles, il doit être changé tous les trois ans pour éviter qu’il ne devienne corrosif et attaque les durites.

LA VIDANGE

L’huile est utilisée pour lubrifier le moteur. Sur les voitures récentes et selon la motorisation (essence ou diesel), l’entretien se fait tous les 20 000 km ou 30 000 km, plus fréquemment sur les voitures plus âgées. Mais dans la grande majorité des cas, la vidange doit être effectuée tous les ans, peu importe le kilométrage.

LE FILTRE À PARTICULES

Cette technologie apparue au début des années 2000 permet de réduire les particules fines émises par les moteurs
diesel. Assurez-vous que l’entretien, surtout pour les modèles les plus anciens, a bien été effectué (80 000 km
pour les premières générations, puis 120 000 km). Les modèles plus récents n’ont plus besoin d’entretien.

LA CLIMATISATION

Si vous allumez la climatisation et vous percevez une mauvaise odeur, cela signifie que la climatisation n’a pas été entretenue. Son entretien se fait tous les deux ans avec changement du gaz réfrigérant et du filtre à pollen.

LE CARNET DE BORD

Il s’agit du mode d’emploi de votre voiture donc très pratique pour découvrir le bon fonctionnement de votre nouvelle acquisition. Dans beaucoup de cas, il dispose du code de l’autoradio, indispensable en cas de débranchement ou de changement de batterie.

LE CONTRÔLE TECHNIQUE

Il est obligatoire pour les véhicules de plus de quatre ans et dans le cadre d’un achat, il doit dater de moins de six mois. N’achetez jamais une voiture qui n’a pas le contrôle technique à jour, même si vous obtenez une remise de la part du vendeur.

Voici les différents points qui doivent attirer votre attention :

  • ORGANES MÉCANIQUES.
    Le contrôleur technique ne procède à aucun démontage. Le contrôle technique ne permet donc pas de vérifier l’état de la courroie de distribution, de la batterie, du joint de culasse, de l’embrayage, etc.
  • LES FREINS.
    Le contrôle vérifie les fuites de liquide de frein, les usures extrêmes des plaquettes et des disques, l’équilibrage du freinage. Si le contrôle est vierge sur ce sujet, cela ne signifie pas pour autant que la voiture freine bien (cf essai).
  • LA DIRECTION
    Le contrôle vérifie des fuites dans le circuit hydraulique, des jeux trop importants, mais pas un dérèglement du train avant.
  • SANS OUBLIER :
    L’éclairage, l’échappement, les suspensions, etc.

Pour information : Sur les 124 points vérifiés lors du contrôle technique, seulement 72 sont soumis à contre visite (Arrêté ministériel du 18 juin 1991 modifié).

AVANT DE PRENDRE LA ROUTE

Avant de vous lancer sur la route pour essayer votre future acquisition, il est indispensable de faire le tour de la voiture pour vérifier si tout est en ordre.

LA CARROSSERIE
LA CARROSSERIE.
Pour savoir si la voiture n’a pas connu de choc, détectez les raccords de peinture, les écarts entre les différentes pièces de carrosserie. Ces derniers doivent être réguliers. Sachez que le vendeur a l’obligation légale de vous indiquer si la voiture a été accidentée ou non. Tout particulièrement pour les SUV ou les 4×4, vérifiez le châssis et les soubassements pour voir si la
voiture n’a pas fait trop de tout terrain. Regardez également les points d’ancrage, les bas de caisse, autour du pare-brise pour détecter de potentiels points de rouille que l’on peut déceler également avec la peinture qui cloque.

LES PNEUMATIQUES
LES PNEUMATIQUES.
Ils doivent être de marque et de dimensions identiques sur le même essieu. Ils ne doivent pas être usés. Vérifiez le kilométrage. Certains véhicules sont gourmands en pneumatiques (changement tous les 20 000 km), comme c’est le cas de certains gros SUV. Contrôlez le témoin d’usure. Légalement, la sculpture des pneumatiques ne doit pas être inférieure à 1,6 mm. Une usure irrégulière de la bande de roulement témoigne d’un parallélisme défectueux, d’un problème de gonflage, voire d’une déformation suite à un accident. Assurez-vous qu’il y a bien une roue de secours ou un kit anti crevaison. Si les roues sont équipées d’un écrou anti vol, vérifiez si vous avez le complément de l’écrou. Vérifiez également l’état des jantes ou des enjoliveurs. Abimées, rayées, c’est signe de problèmes potentiels sur le train roulant.

LES NIVEAUX
LES NIVEAUX.
Si les différents fluides (liquide de refroidissement, liquide de lave-glace, huile moteur, etc) ne sont pas au niveau, cela peut signifier que le propriétaire ne prend pas soin de sa voiture.

LES OUVRANTS
LES OUVRANTS.
Vérifiez les charnières et les vérins du hayon. Une porte qui s’affaisse lorsqu’on l’ouvre est signe d’une voiture qui a été accidentée.

LA CAPOTE
LA CAPOTE.
Pour une découvrable, vérifiez que la capote n’a pas d’accroc, de déchirure ou de brûlure. Manoeuvrez la capote ou le toit dans le cas d’un coupé-cabriolet pour voir son bon fonctionnement. L’idéal est de passer le cabriolet dans une station de lavage dotée de rouleaux pour vérifier l’étanchéité.

LA SELLERIE
LA SELLERIE.
Soulevez les tapis de sol pour voir si la moquette n’est pas abimée ou déchirée par les talons. Inspectez également la sellerie pour détecter les brulures de cigarettes, les accrocs.

LES CLÉS
LES CLÉS.
Le vendeur doit disposer au minimum d’un double des clés, voire de trois clés. Sachez que sur la quasi totalité des modèles de moins de dix ans, la clé intègre également un antivol et une radio commande pour l’ouverture des portes à distance. Leur remplacement se chiffre parfois en plusieurs centaines d’euros.

L'ÉCHAPPEMENT
L’ÉCHAPPEMENT.
La fumée qui sort de l’échappement est un excellent indicateur sur l’état du moteur. Fumée bleue = problème de consommation d’huile. Fumée noire = problème de réglage de carburation. Fumée blanche = de l’eau passe par les cylindres. Pour ce dernier cas, c’est normal si vous réalisez un essai le matin par temps froid, beaucoup moins dans les autres cas. Cela signifie que la culasse est fêlée ou que le joint de culasse peut être atteint.

LE COMPTEUR KILOMÉTRIQUE.
LE COMPTEUR KILOMÉTRIQUE.
S’il est à rouleaux, vérifiez que les chiffres sont parfaitement alignés. S’il est digital, vérifiez qu’il ne soit pas incohérent avec les différentes factures d’entretien.

Dans l’habitacle, installez vous confortablement et mettez en marche toutes les fonctions électriques (vitres, rétroviseurs, clignotants, essuie-glace, projecteurs, antibrouillard, sièges, etc). Allumez l’autoradio, le système de navigation. Branchez également la ventilation et la climatisation. Si une mauvaise odeur sort des grilles d’aération, cela signifie que l’entretien de la climatisation n’a pas été réalisé. Sachez que si vous êtes non fumeur, vous aurez beaucoup de mal à retirer l’odeur du tabac qui reste incrustée dans les tapis et moquettes.

A quel prix acheter

L’ESSAI

Il est évidemment indispensable d’essayer une voiture avant de l’acheter. Dans le cas d’un achat à un particulier, n’hésitez pas dans un premier temps à lui demander de prendre le volant pour voir comment il conduit. Vous apprendrez beaucoup sur l’état du véhicule. Dans la mesure du possible, faites un parcours assez varié (ville et voies rapides) et vérifiez les points suivants :

  • LE FREIN À MAIN.
    Pour vérifiez s’il n’est pas usé, enclenchez la troisième avec le frein à main puis relâchez l’embrayage. La voiture doit caler. Si elle avance, cela signifie que le frein à main est usé. Si l’embrayage patine, c’est qu’il est à changer.
  • LA BOÎTE DE VITESSES.
    Sur une transmission manuelle, vous ne devez pas entendre de craquement et les vitesses doivent passer sans forcer. Sur une transmission automatique, les vitesses ne doivent pas patiner ou donner des à-coups.
  • LE TRAIN AVANT.
    À faible vitesse et si les conditions le permettent, lâchez le volant pour voir si la voiture reste en ligne droite afin de tester le parallélisme. Si elle part à gauche ou à droite de façon significative, des frais sont à prévoir.
  • LA DIRECTION.
    Faites un créneau pour vérifier s’il n’y a pas de jeu dans la direction, ni de claquement. Si c’est le cas, cela signifie que les cardans ou les rotules sont à changer. Vérifiez également que la voiture ne vibre pas.
  • LE FREINAGE.
    Dans les mêmes conditions, en s’assurant que personne ne se trouve derrière, freinez fortement. Cela vous donnera une indication sur l’équilibre et l’état du circuit de freinage.