C’est le Printemps et la Formule 1 reprend

Qui sera le premier vainqueur en Formule 1 de cette nouvelle saison 2021 qui s’annonce trépidante ? Ce week-end, le Grand Prix de Bahreïn lancera les hostilités.

Formule 1 2021

Durée de lecture estimée : 3 min

Depuis 2010, la saison de Formule 1 avait l’habitude de démarrer sa saison par le GP d’Australie. Mais ce dernier a été reporté au mois de novembre à cause de la crise sanitaire. Du coup, le cirque de la Formule 1 débutera sur le circuit de Barheïn où le public se composera de spectateurs vaccinés ou guéris du Covid-19. Avec 23 courses, le programme s’annonce copieux. Et entre les débuts d’Alpine mais aussi d’Aston Martin en F1, le grand retour d’Alonso et Hamilton qui se sent toujours en pleine forme, le suspense et l’adrénaline risquent d’être à son comble. 

Formule 1 : le retour d’Alonso

Fait amusant. C’est justement à Barheïn, en 2006 puis en 2010, où la saison de Formule 1 avait été inaugurée, qu’Alonso avait remporté deux fois le Grand Prix. A 39 ans, l’Espagnol est de retour après deux années d’absence. Gonflé à bloc et sûr de son talent, le pilote sera non pas au volant d’une McLaren mais d’une Alpine cette fois. Le double champion du monde compte bien faire taire ceux qui l’attaquent sur son âge avancé. « J’ai vraiment hâte d’attaquer le week-end dans son intégralité, indique Alonso. Ce moment a demandé beaucoup de préparation, non seulement avec l’équipe pendant les tests et le travail mené cet hiver dans les deux usines, mais aussi à titre personnel. Depuis que j’ai accepté de rejoindre Alpine F1 Team, j’ai fourni beaucoup d’efforts pour me préparer physiquement et mentalement à cette saison. » Récidiver relève de la gageure pour l’ancien champion du monde 2005, 2006 même s’il est extrêmement motivé.

Banniere pub blog vivacar

Hamilton : des adversaires de taille

Red Bull menace Lewis Hamilton (Mercedes) qui vise un 8ème titre. Et à 36 ans, le champion Britannique qui attaque sa 15ème saison de F1, s’en réjouit. Hamilton se projette toujours sur le circuit de Formule 1 lorsqu’il aura 40 ans. Le Britannique vise ni plus ni moins que le Graal pour cette saison 2021, un huitième titre mondial qui le démarquerait de Michael Schumacher, qui avait, à son époque, couru après cet objectif sans le rattraper. « Je ne sens pas que c’est la fin, a confié Hamilton à la veille de ses premiers essais du Grand Prix de Bahreïn. Je pense même que ça pourrait être la saison la plus passionnante car il y a de nouvelles équipes (Aston Martin et Alpine), de nouveaux formats (le week-end) et les adversaires sont plus proches ». De quoi faire douter ses successeurs déclarés : George Russel (Williams) ou le belgo-néerlandais Max Verstappen (Red Bull) qui a, jusqu’à présent, toujours manqué d’une bonne auto pour batailler avec le septuple champion du monde sur l’ensemble d’une saison. Plus que le chrono, anecdotique lors de ces essais, c’est la sérénité de Red Bull qui a fait forte impression, avec également sa recrue Sergio Pérez. En revanche, Mercedes a connu des problèmes inhabituels avec sa boîte de vitesses et son train arrière. La monoplace à l’étoile n’était pas aussi stable que certaines de ses rivales. Moins que celle de l’équipe Red Bull qui avait l’air performante, a expliqué le Team Principal de Mercedes Toto Wolff, comme pour mettre les projecteurs sur le concurrent et enlever de la pression sur l’épaule de son équipe.

Un Grand Prix de Bahreïn « vert » en 2022

En 2022, le Grand Prix de Formule 1 de Barheïn se tournera vers l’écologie. Les responsables du Bahrain International Circuit ont annoncé que toute l’énergie utilisée par l’édition 2022 proviendra de « sources d’énergie durables, rendant ainsi le Grand Prix responsable sur le plan environnemental ». L’autonomie énergétique du complexe est très attendue une fois le projet développé à 100%, le royaume approfondissant une réflexion pour renforcer son utilisation des énergies renouvelables dans le futur.