Interview de Daniel Souben, coach de la Team Vivacar.fr

Daniel Souben, coach du team Vivacar.fr, nous a accordé une petite interview. Il revient sur la préparation du Tour, les points forts du team et les ambitions pour cette édition 2018 du Tour de France à la Voile.

Team Vivacar.fr

Cette année, vous avez décidé d’intensifier votre préparation comparée à l’année dernière. Comment s’est passée la préparation ?

DS : La préparation a démarré dès le mois d’Octobre. Nous avons d’abord fait en sorte de fidéliser l’équipe, fixer un objectif de progression et mis en route un travail de préparation physique collectif.

Le tour est une épreuve longue, ou chaque jour il faut être explosif et performant. Le physique est donc un point clef.

L’annonce de la continuité du partenariat avec Vivacar.fr nous a permis aussi d’investir très tôt dans le matériel et le temps de navigation. C’est un élément clef d’avoir les moyens de mettre l’équipe en route et de se projeter très tôt sur l’objectif.

Nous avons aussi étoffé le programme de navigation avec notamment des stages à l’Ecole Nationale de voile et la participation au Tour D’Oman. Cette épreuve de préparation nous a permis d’augmenter de façon importante notre temps de navigation en hiver dans d’excellentes conditions météo, techniques et de concurrence.

Deux autres points déterminants : Nous avons pu nous associer à l’équipe de Bejaflore pour quelques sorties techniques et fait le choix de naviguer très tôt avec les nouveaux jeux de voiles 2018.

Suite à cette préparation et à quelques jours du Tour, dans quel état d’esprit êtes-vous, ainsi que le team ?

DS : Nous sommes plutôt sereins. Le mois de Juin est pourtant un peu perturbé : Matthieu vient d’accueillir un petit Alban et le fait de ne pas avoir trouvé de co partenaire, nous ne participerons pas à la Normandie.

L’année dernière vous avez terminé 7ème du Tour, quelles sont vos ambitions pour cette édition 2018 ? et sur quelles forces, allez-vous pouvoir vous appuyer ?

DS : Une place dans les 5 et viser le podium ne parait pas complètement inaccessible. Nous avons eu de bons résultats sur les épreuves d’avant saison et sommes actuellement 3° du classement annuel de la classe Diam 24. Nous sommes mieux préparés techniquement et physiquement, nous connaissons le tour, nous avons gagné en régularité. Oui, nous y allons pour performer.

Il y aura 30 équipes sur le Tour. 5 équipes ont le potentiel pour gagner, 7 peuvent faire podium, 10 peuvent rentrer dans les 5. Comme en 2017, le niveau sera très homogène.

Avez-vous fait des changements par rapport à l’année dernière pour pouvoir atteindre votre objectif cette année ?

DS : Nous avons réduit l’équipe navigante à 4. Le tour est un peu plus court et cela facilite la préparation. Nous avons fait le choix de travailler dans la continuité, avec la même équipe en améliorant nos points forts, en progressant sur nos points faibles.

Beaucoup d’équipages peuvent prétendre au podium et également à la 1ère place, sur quels détails le Tour va-t-il se jouer ?

DS : Tous les détails sont importants. Les équipes sont proches techniquement, en niveau aussi. Il faut juste ne rien négliger de la logistique à la navigation, en passant par le matériel.

Notre gros atout : Une équipe inscrit dans la continuité et dans laquelle chacun a envie de travailler ensemble.