Ford imagine le futur sans feux rouges

intersection-feu-rouge

Mine de rien, un automobiliste passe tout de même, en moyenne, deux journées entières par an à attendre aux feux. Que de temps perdu. Quant aux intersections, elles seraient responsables de plus de 60% des accidents de la route. Un chiffre alarmant. C’est pour toutes ces raisons que Ford travaille activement sur une nouvelle technologie. Il s’agit de l’IMP (Intersection Priority Management) et cela permettrait, à terme, de faire disparaître les feux tricolores. En effet, l’IMP sera capable d’adapter la vitesse de chaque véhicule connecté à l’approche d’une intersection, dans le but de ne plus avoir à s’arrêter à un feu rouge ou à un stop.
Imaginez un monde où il n’y aurait plus besoin d’attendre au feu en voiture, ni de marquer l’arrêt à un stop, et que la seule raison de vous arrêter serait parce que vous êtes arrivés à destination. Ne pensez pas que cela soit impossible. Ford travaille justement sur une nouvelle technologie dédiée aux véhicules connectés, afin de fluidifier automatiquement le trafic à l’approche d’une intersection. Cette technologie, appelée IPM (Intersection Priority Management) a été dévoilée il y a quelques jours au Royaume-Uni, dans le cadre du programme gouvernemental UK Autodrive. L’ambition de cette technologie est d’abolir les arrêts intempestifs au volant, réduire les embouteillages et augmenter la sécurité des usagers de la route. « On sait tous combien les carrefours et les feux rouges peuvent être source de stress et de danger pour les usagers de la route », a déclaré Christian Ress, responsable des technologies d’assistance à la conduite chez Ford. « Avec cette technologie innovante, nous pouvons imaginer un monde dans lequel les véhicules connectés coopèrent de façon intelligente entre eux mais également avec toute l’infrastructure environnante ».

60% des accidents surviennent à une intersection

Chaque année, un conducteur passe en moyenne l’équivalent de deux journées entières à attendre au feu. En Europe, les intersections sont également responsables de plus de 60% des accidents de la route. La technologie IPM pourrait ainsi non seulement faire gagner du temps aux automobilistes, mais aussi réduire les accidents. De plus, en sollicitant moins les freins et l’accélérateur à chaque intersection, les conducteurs réaliseraient des économies d’énergie importantes. En résumé, la disparition des feux rouges et des stops n’auraient que des avantages. Lors de tests, des véhicules de tests ont déjà été équipés du protocole V2V (protocole de communication entre véhicules connectés) qui partage en temps réel la localisation du véhicule, sa direction et sa vitesse. Le système embarqué IPM peut anticiper une intersection et la trajectoire des autres véhicules à l’approche. Il va alors déterminer une vitesse optimale pour chaque véhicule qui leur permettra de circuler de manière fluide et en toute sécurité, sans avoir à s’arrêter.

Technologies V2V et IMP

Lors de ces premiers tests, chaque véhicule de test avait un conducteur derrière le volant, mais les véhicules autonomes pourraient également bénéficier de cette technologie. Si la gestion de chaque carrefour devenait automatisée, cela pourrait signifier la disparition, un jour, des feux de circulation, stop ou céder le passage. Si, actuellement, les véhicules autonomes évoluent de façon indépendante les uns des autres, la technologie V2V et à terme la technologie V2X (Vehicule to everything, protocole de communication des véhicules avec l’ensemble des infrastructures de transport) pourraient bénéficier aux voitures sans chauffeur ces prochaines années. La technologie IPM et d’autres systèmes embarqués sont développés par Ford et d’autres partenaires dans le cadre du programme UK Autodrive, un programme qui coûte plus de 22 millions d’euros (20 M £). L’ambition de UK Autodrive est de réaliser des tests de ces innovations en conditions réelles de circulation.