Feux LED : trop coûteux à réparer

Au volant, l’éclairage est un gage de confort et de sécurité. Et depuis plusieurs années, ce sont les feux LED, souvent loués pour leurs nombreuses vertus, qui ont le vent en poupe et équipent de plus en plus de voitures. Mais l’organisme allemand ADAC vient de faire les phares à leur technologie jugée trop complexe et à leur prix trop élevé lorsqu’il faut les réparer. 

Feux LED

Les phares LED (Light Emitting Diode) sont censés apportés de nombreux agréments en comparaison à leurs ancêtres les ampoules et à leurs concurrents directs les phares au xénon. Censées être plus durables et fiables que les feux halogène, les LED sont pourtant dans le collimateur de l’ADAC, un organisme allemand qui a pour mission de sauvegarder et promouvoir les intérêts des automobilistes. L’ADAC assurer que la technologie LED coûte plus cher à réparer et n’est pas assez durable. 

Feux LED : une technologie de pointe

Des luminaires de salon aux phares des voitures, les LED sont partout. Les Etats-Unis et le Japon ont été précurseurs de cette technologie avec les LED de couleur (rouge, jaune, bleu). En matière de sécurité routière, l’éclairage est un facteur essentiel de l’automobiliste pour voir et être vu. Et les constructeurs automobiles sont de plus en plus nombreux à plébisciter les LED qui éblouissent très peu les voitures en sens inverse et consomment moins d’électricité. Mercedes a développé la technologie « Multibeam-LED » et Audi les « Matrix-LED » qui permet de reconnaître un rond-point et d’adapter directement les phares ou de varier automatiquement l’intensité des feux de route lors de la circulation en sens inverse. Mais l’ADAC a constaté qu’ils coûtaient cher à l’achat, à la réparation et qu’ils n’avaient pas une durée de vie très longue.

Inconvénient : le prix à l’achat

D’après l’ADAC, les feux LED sont onéreux à l’achat. Difficile pour l’automobiliste de s’en rendre compte puisque c’est compris dans le tarif client du véhicule acheté. Mais les améliorations constantes dans les technologies d’éclairage LED (simple, intelligente ou matricielle) contribuent à la hausse du prix moyen des voitures neuves en Europe (autour de 26 000 euros en France). Les phares LED restent plus chers que les ampoules h3 standards ou même que phares au xénon. Quand ils ne sont pas de série, ils sont en option. Sur une BMW série 3 par exemple, il faut compter 1000 euros supplémentaires pour avoir la technologie Full LED. Le tarif des feux « Laser », lui, grimpe à 2050 euros. idem chez Audi et Mercedes avec des options d’éclairage à plusieurs milliers d’euros sur des voitures d’entrée et de moyenne gamme. 

Les LED sur les voitures d’occasion

Si les automobilistes qui achètent ces autos neuves ne rencontrent que rarement des problèmes avec leurs feux LED, ce sont les repreneurs en voitures d’occasion qui en ont.  Et sur une auto de seconde main, la facture des LED peut devenir particulièrement salée. Car lorsqu’une LED tombe en panne il faut la plupart du temps remplacer le bloc complet. Et lorsque ce dernier est matriciel et motorisé (avec un faisceau qui suit la route dans les virages), la facture monte en flèche : plus de 3000 euros pour un système de phares Matrix. Ces feux avec leurs dérivés matriciels et intelligents pèsent également de façon conséquente sur l’assurance automobile. Si les technologies coûtent cher à l’achat, elles coûtent cher aussi lorsqu’il faut les réparer et les primes d’assurance aussi. Enfin, toujours selon l’ADAC, la durée de vie moyenne des feux LED est de 15 ans, un âge moyen inférieur à la durée de vie d’une auto avant qu’elle ne parte à la casse (18 ans en Allemagne). En clair, il y a de très fortes chances qu’un propriétaire de véhicules à feux LED ait à les changer durant la vie de la voiture équipée de cette technologie.