Ferrari ne connaît pas la crise…

Malgré l’épidémie de Coronavirus qui affecte bien des secteurs dont celui de l’automobile, Ferrari connaît une réussite effrontée. Les commandes du constructeur de Maranello sont au plus haut.

ferrari

Le très haut de gamme (à partir de 100 000 euros le modèle) se porte plus que bien. Du moins la marque automobile Ferrari. Alors que la majorité des constructeurs souffrent jusqu’à réclamer des plans d’urgence, les cinq derniers modèles du Cheval cabré présentés en 2019 continuent à recevoir des bons de commandes malgré l’épidémie de Coronavirus et la période de confinement. Le F8 Tributo, la SF90 Stradale, la 812 GTS, la Roma et le F8 Spider reçoivent une réponse enthousiaste du marché malgré la crise planétaire. Louis Camilleri, le Directeur général de Ferrari, a annoncé la semaine dernière lors d’une Assemblée que leur portefeuille de commandes pour 2020 restait « plus fort que jamais ». Visiblement, les quelques « happy few » prêts à débourser de 200 000 euros pour un modèle « classique » à plus d’un million pour des séries limitées, sont plus disposés que jamais à conduire des bolides prestigieux et aussi à attendre de longs mois pour tenir le précieux volant entre leurs mains.

Une année 2019 au grand galop

Si aucun constructeur ne sait quand la période de confinement prendra fin, Ferrari se tient prêt pour la reprise de la production. Il faut dire que le mythique constructeur italien est en position de force grâce à une année 2019 époustouflante. En effet, la prestigieuse marque au cheval cabré – dont les premières voitures sont sorties de l’imagination d’Enzo Ferrari – a enregistré un record de ventes en passant pour la première fois la barre des 10 000 modèles écoulés. Un chiffre en progression de presque 10 % par rapport à 2018. Une production accrue mais qui a réussi à maintenir la notion d’exclusivité si chère à ses clients. Pour améliorer encore cette performance, Ferrari compte énormément sur la Roma, un petit coupé 2 places animé par un V8 3.9 litres biturbo de 620 ch. Tout porte à croire que le fringant constructeur italien qui va souffler ses 73 bougies cette année, s’est imposé dans l’imaginaire collectif comme l’une des marques emblématiques de l’automobile sportive. Ferrari doit publier le 4 mai prochain ses résultats trimestriels. Si les autorités italiennes l’autorisent, c’est ce jour-là que pourrait aussi repartir la production sur le site de Maranello. 

Ferrari lutte contre le Coronavirus

En attendant la publication de ses résultats trimestriels, John Elkann, le Président de Ferrari,  a précisé que la priorité du groupe était évidemment la sécurité du personnel. Un plan baptisé « Back on Track » a été défini pour que le site de Maranello puisse se remettre en route progressivement et en toute sécurité. Parallèlement, les ingénieurs de Ferrari, rompu à la vitesse, se sont empressés d’élaborer des respirateurs pour contribuer à l’effort collectif et lutter ainsi contre le Coronavirus. 

Seule déception : la F1

Seule grande déception pour la marque au Cheval cabré : la Formule 1. L’écurie Ferrari a encore une fois été sacrée vice-championne du monde en 2019, derrière Mercedes. Alors que la saison de F1 reprendra certainement à huis clos, l’ambition de Ferrari reste la même : gagner grâce à une nouvelle auto et une augmentation des investissements. Si les usines des équipes de Formule 1 sont fermées en cette période de confinement, des ajustements ont pu être réalisés par les ingénieurs qui travaillent à leur domicile. D’après les bruits de couloir, la voiture 2020, repensée entièrement, se nommerait SF1000 et aurait amélioré trois domaines : l’aérodynamisme, les suspensions et le moteur à combustion. Camilleri reste optimiste :« Personne ne sait exactement quand la F1 repartira, mais comme Shakespeare le dit dans Hamlet, si cela ne se produit pas maintenant, l’important est d’être préparé. Soyez assuré que Ferrari est prête. »

Partagez l'article sur :