F1 : Renault cède sa place à Alpine

Renault a disputé dimanche dernier son ultime Grand Prix de la saison à Abu Dhabi. Après 43 ans en F1, la marque au Losange passe le flambeau à Alpine F1 Team, délaissant officiellement la discipline reine du sport auto. Mais dans l’ombre, Renault devrait continuer à jeter un œil sur ses moteurs hybride E-Tech repris en 2021 par Alpine. 

F1 renalult

Séquence émotion. Renault a disputé dimanche dernier son ultime Grand Prix en F1 de la saison. En 2021, l’écurie Française repartira avec un nouveau nom : Alpine. C’est ce qu’a décidé Luca de Meo, le nouveau patron de Renault. Une page chargée d’histoire se tourne. Car Renault en F1, ça représente plus de 400 Grands Prix, mais aussi des podiums (plus de 100) et 2 titres de champion du monde (2005 et 2006). Mais la marque au Losange pourra apporter tout son soutien technique à Alpine dont la monoplace (pilotée par Fernando Alonso et Esteban Ocon en 2021), sera toujours animée par un moteur hybride E-Tech.

La saga Renault en F1 : quelques dates clés

La première fois que Renault a posé ses roues sur une grille de F1, c’était en 1977, à Silverstone. Le constructeur tricolore propose alors une voie inédite avec une monoplace dotée d’un moteur V6 1.5L turbo. Le pilote Jean-Pierre n’effectue que 16 petits tours et doit abandonner : une fumée s’échappe du moteur. Ce qui lui vaudra le surnom de « Yellow tea-pot », la théière jaune. Mais Renault monte en puissance et Jean-Pierre Jabouille alias « Le Grand Blond », remporte la première place en 1979 au Grand Prix de France sur sa Renault à moteur V6 turbo, devant Gilles Villeneuve et René Arnoux. En 1981, Alain Prost, récemment champion d’Europe de F3, lui succède et décroche 3 victoires à lui seul. 

En 1984, Renault devient motoriste en s’associant à Lotus. Au championnat, Lotus-Renault termine 3ème, derrière Alain Prost, passé chez Mercedes, et l’autrichien Niki Lauda. En 1986, Renault fournit ses moteurs à Lotus, Ligier et Tyrell. Au volant de sa Lotus, Ayrton Senna gagne deux courses et signe huit pole positions. En 1989, la collaboration entre Williams et Renault débute. Williams-Renault domine le championnat avec 24 pole positions en deux ans. L’écurie remporte les titres Constructeurs et Pilotes les deux années, avec Nigel Mansell en 1992, et Alain Prost en 1993. Renault se retire officiellement de la Formule 1 au terme de la saison 1997. En réalité, les moteurs Renault sont utilisés par d’autres écuries. En 2000, Renault est de retour en F1 avec le rachat de l’écurie Benetton, rebaptisée Renault F1 Team. Le constructeur gagne son 1er Grand Prix sous le nom Renault grâce à Fernando Alonso en Hongrie. En 2005, Fernando Alonso gagne sept courses et décroche le titre mondial lors du Grand Prix du Brésil. De son côté, Giancarlo Fisichella aide Renault à remporter son premier titre Constructeurs. Alonso et Fisichella renouvellent l’exploit en 2006, permettant à Renault de rester leader. En 2015, Renault rachète Lotus et officialise encore une fois son retour. A Abu Dhabi, dimanche dernier, Renault se classe P5 au championnat constructeur. La marque tricoloreavait ambitionné une 3ème place avant de passer le relais à Alpine en F1 à partir de la saison 2021. Mais l’équipe a finalement terminé 5ème, derrière l’équipe Racing Point. Cyril Abiteboul, le manager Français, estime que l’équipe Alpine F1 Team pourra tout de même reprendre le flambeau sur des bases solides. 

Renault R25 : titre mondial en 2005 avec Alonso

La Renault R25 reste, en F1, un modèle emblématique : celui avec laquelle Alonso a décroché le titre mondial en 2005 en faisant vrombir le V10 du constructeur français. Séquence et émotion et nostalgie à Abu Dhabi dimanche dernier : Alonso alias « Le Taureau des Asturies », s’est fait plaisir en conduisant la monoplace qui lui avait permis de coiffer sa 1ère couronne mondiale il y a 15 ans. 

En F1, Ferrari est le seul motoriste à avoir participé sans jamais s’arrêter au Championnat de F1 depuis 1951. D’où ses fréquentes premières places et l’excellence de ses motorisations. En nommant son écurie Alpine à partir de la saison 2021, Renault a choisi de mettre les couleurs de l’excellence française au cœur de la Formule 1. « Déjà reconnu pour ses records et succès en endurance et en rallye, le nom Alpine trouve naturellement sa place dans l’exigence, le prestige et la performance de la Formule 1 », a indiqué Renault dans un communiqué. Avant d’ajouter : « Pour Alpine, c’est une étape clé pour accélérer le développement et le rayonnement de la marque. »

Partagez l'article sur :