Selon l’étude de l’ACEA : La voiture électrique, c’est pour les pays riches

Une nouvelle étude de l’ACEA (l’Association des constructeurs européens d’automobiles) montre clairement que malgré les efforts de plusieurs constructeurs et les aides généreuses de l’Etat, comme en France, les voitures électriques sont très majoritairement achetées par les ménages nantis. 73% des ventes de voitures électriques sont réalisées dans les 4 pays au PIB le plus élevé. 

Etude de l'ACEA voiture electrique

Durée de lecture estimée: 3 minutes

C’est une bonne nouvelle pour ceux qui plébiscitent la voiture électrique : les investissements conséquents de l’industrie automobile dans les véhicules à faibles émissions semblent porter leurs fruits : avec un triplement des ventes de voitures électriques entre 2019 et 2020, les émissions moyennes de CO2 ont baissé de 12% l’année dernière, un record.

Etude de l’ACEA : vers une fracture sociale

Alors tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Pas vraiment. Pour Eric-Mark Huitema, le Directeur général de l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) qui publie une étude très riche en enseignements sur la répartition des ventes de véhicules électriques, «il existe une nette fracture dans l’abordabilité des voitures électriques entre l’Europe centrale et orientale et l’Europe occidentale, ainsi qu’une fracture nord-sud prononcée ».

L’étude de l’ACEA est formelle : les fortes variations nationales des ventes de voitures électriques dans l’Union Européenne sont clairement corrélées au niveau de vie d’un pays. En d’autres termes, l’achat d’un véhicule propre est directement lié au PIB par habitant d’un pays. Ce qui pose bien entendu le problème de l’abordabilité : seuls les riches peuvent participer à l’effort général pour sauver la planète…

L’Europe centrale et orientale à la traîne selon l’étude de l’ACEA

Selon l’Étude de l’ACEA, les voitures électriques et hybrides rechargeables représentaient, l’année dernière, 10,5% de l’ensemble des voitures neuves vendues en Europe. Mais sur ce pourcentage, dix pays de l’Union européenne détenaient moins de 3% du marché. Et sans surprise, ces dix pays ont un PIB moyen inférieur à 17 000 euros. Ces pays d’Europe orientale et centrale, auxquels il faut ajouter la Grèce, qui utilisent très peu les voitures électriques ou hybrides rechargeables sont également les moins pourvus en bornes de recharges (moins de 1% du total de l’Union européenne). Logique.

Suède, Pays-Bas, Finlande, Danemark : champions !

Dans la même logique, plus de 15% des acheteurs de voitures électriques vivent dans les pays les plus riches de l’Europe du Nord qui bénéficient d’un PIB moyen de plus de 46 000 euros. Concrètement, 75% des ventes de voitures électriques dans l’Union européenne sont effectuées par seulement quatre pays, ceux au PIB record : Suède, Pays-Bas, Finlande et Danemark), selon l’étude de l’ACEA. Les 23 autres Etats membres de l’UE se partagent les 25% restants des ventes de véhicules « propres ».

Démocratiser l’accès à l’électrique

Le directeur général de l’ACEA a raison : «pour poursuivre ces progrès sur la voie du zéro émission, la Commission européenne doit maintenant s’assurer de toute urgence que toutes les bonnes conditions sont en place et qu’aucun pays ou citoyen ne soit laissé pour compte. Les véhicules zéro émission doivent être abordables et pratiques pour tout le monde ». C’est encore loin d’être le cas.