Essai Citroën C4 Cactus

Depuis la DS, Citroën a la palme des autos les plus confortables au monde. On se rappelle des sièges moelleux de la voiture du Général de Gaulle et de son amortissement royal. Mais le système oléopneumatique a été abandonné par Citroën avant de revenir aujourd’hui en force avec l’effet « tapis volant » garanti à bord de la nouvelle Citroën C4 Cactus. Le SUV est d’ailleurs devenu une berline : les airbumps ont été retirés des portières pour allonger l’auto et les barres de toit supprimées pour que, visuellement, elle paraisse plus proche du sol. Quant à la face avant et arrière, elles ont été redessinées. La grosse évolution se passe surtout au niveau du système de suspensions qui sont désormais à butées hydrauliques progressives et qui apportent plus de confort à la nouvelle C4 Cactus. Les nouveaux sièges, baptisés « Advanced confort » renforcent, eux aussi, ce côté moelleux. A bord, le  style « malle de voyage » de la planche de bord reste identique à la version précédente. Ainsi que les vitres arrière qui s’entrebâillent simplement. Quant au coffre, il n’est pas bien grand : 348L. Côtés moteurs, il faut préférer le Puretech 1.2 Turbo (toujours essence) 130ch  avec boîte mécanique à 6 vitesses  au moteur essence de 110ch accouplé à la boîte auto 6. Le tarif de la nouvelle C4 cactus démarre à 16 950 euros pour ne pas dépasser 24 500 euros. C’est peu, même si c’est 1750 euros plus cher que la version précédente.