Entretien hiver : mieux vaut s’y préparer

entretien hiverCertes, nous sommes toujours en été, mais il est inutile d’attendre les frimas pour préparer sa voiture à les affronter. Tous les professionnels en conviennent : dès les premiers grands froids, les automobilistes se précipitent pour obtenir des rendez-vous. Aussi, il est urgent de ne pas attendre et de profiter du calme des plannings pour faire réviser sa voiture, surtout si l’échéance approche. Reste que, même si la vidange et les changements de filtres ont été réalisés il y a peu, certains organes doivent être vérifiés et certains points contrôlés.

La batterie : l’élément clé

On le sait, les batteries sont sensibles aux grands froids. La température idéale pour qu’une batterie permette de démarrer sa voiture le matin, est de 7 degrés. En deçà, elle peut perdre rapidement de sa vigueur, surtout si elle est ancienne, mais lorsqu’il fait très chaud, elle se dégrade également. Aussi, il vaut mieux la faire vérifier avant l’hiver. Tous les professionnels disposent d’un voltmètre pour cette opération. Si nécessaire, il convient de changer la batterie détériorée en respectant les préconisations du constructeur. Sa puissance, son ampérage et sa taille doivent être ceux qui sont couramment utilisés dans la voiture. Et puis, il est toujours utile de disposer dans son coffre de câbles de démarrage. Ils ne prennent pas de place, ne coûtent pas cher et permettent, en cas de défaillance, de se brancher sur une autre voiture pour démarrer.

Choisir des liquides adaptés

Les froidures de l’hiver exigent des liquides de refroidissement adaptés pour leur éviter de geler. C’est notamment le cas du liquide lave-glace. Mieux vaut choisir un produit « quatre saisons » qui ne gèle pas jusqu’à – 20°. Les plus précautionneux quant à eux, choisiront un liquide résistant jusqu’à -30. Concernant le liquide de refroidissement du moteur, il est, en principe, valable pour toutes les saisons. Il faut néanmoins vérifier qu’il ne soit pas trop âgé et surtout, qu’il ne soit pas charger d’impuretés qui pourraient, à la longue, obstruer le circuit de refroidissement.

Des freins en bon état

La pluie ou la neige font partie des joies, et des dangers de l’hiver. Et pour y parer il est indispensable d’avoir des freins en bon état. Leur état est difficile à évaluer soi-même, il faut donc en parler à un professionnel qui jugera de leur bonne, ou moins bonne, santé. Il faut savoir que les plaquettes sont prévues pour durer 30 000 km en moyenne et que leur épaisseur ne doit pas être inférieure à 3mm. Attention, car si les plaquettes sont totalement usées, elles frottent directement sur le disque et le rayent. Le conducteur perçoit alors un grincement lorsqu’il freine. Dans ce cas, il devra non seulement changer les plaquettes, mais également les disques.

Des pneus hiver : le bon choix

En deçà de 7° les gommes classiques durcissent et la tenue de route de la voiture en est compromise. Pour y remédier, rien ne vaut des pneus hiver, encore appelés « contact » qui résistent jusqu’à -20° et disposent de sculptures antidérapantes. Évidemment, un tel investissement est important (entre 300 et 800 euros les 4), mais elles dureront plusieurs années et, au moment de la vente de la voiture, constitueront une valeur ajoutée.

Quelques accessoires indispensables

Lorsque l’on roule en hiver, il est bon de prendre quelques précautions et de conserver dans sa voiture, à portée de main, quelques instruments indispensables comme une raclette pour déneiger le pare-brise. En évitant l’eau chaude pour cette opération qui pourrait faire subir un choc thermique au verre. On prendra également soin d’emporter des gants et, pourquoi pas, de s’offrir des chaines adaptées à ses roues. Toujours pratique pour se tirer d’affaire en cas de forte chute de neige.