Elon Musk rouvre son usine Tesla malgré le confinement

Elon Musk, le patron fantasque de Tesla, se croit au-dessus des Lois. Il a décidé de rouvrir son usine en Californie malgré le confinement.

Elon Musk

Elon Musk n’a que faire des autorités locales. Même s’il risque la prison, le patron de Tesla rouvre ses usines malgré les règles en vigueur. Ce n’est pas la première fois que le patron américain fait des choses un peu décalées. Le prénom de son 6ème enfant, par exemple, qui est sans doute le plus original de la planète : X Æ A-12. (Æ à prononcer « Ash »). En bon geek, c’est sur tweeter qu’il a annoncé la réouverture de son usine californienne de Fremont. « Nous allons reprendre la production dans le comté d’Alameda, malgré les règles en vigueur. Et si quelqu’un doit être arrêté cela doit être moi » a-t-il écrit.  Le sous texte ? Une sorte de « Sherif fais-moi peur ». Conscient de ce que dit en substance son message, le richissime patron de Tesla Elon Musk ajoute qu’il sera dans les rangs comme tout le monde et que si quelqu’un doit être arrêté, ce devra être lui seul. 

Elon Musk porte plainte en justice 

Le Coronavirus lui monte au ciboulot. Frustré et irrité depuis plusieurs semaines, Elon Musk avait déjà fermé ses usines à contre cœur. A cette occasion, il avait même qualifié la réglementation sanitaire de « fasciste ». Pour enfoncer le clou, le patron visionnaire de Tesla avait menaçait de délocaliser la production au Texas, où le gouverneur républicain a sauté sur l’occasion, lui faisant savoir qu’il n’avait qu’à choisir un emplacement. Puis, pour tenter de faire invalider la fermeture de son site, Elon Musk a déposé une plainte contre les autorités locales.

Un bras de fer en période de pandémie

C’est évidemment l’enjeu économique qui motive le premier grand patron à défier ouvertement des mesures de confinement prises pour lutter contre le Covid-19. Le président américain Donald Trump, lui aussi partisan d’une reprise de l’activité économique au plus vite, s’est rangé de son côté. Eric Trump, le fils du Président, a liké le tweet du patron de Tesla. Et Trump lui-même soutient ouvertement les ouvriers de Tesla à reprendre le chemin de l’usine. Il faut dire que Tesla a quelques arguments économiques de poids : en bourse, les 16 millions de dollars affichés, ont été salués. Et, malgré la pandémie, le groupe a continué à honorer ses véhicules commandés en livrant à domicile des commandes effectuées en ligne. Résultat, en dépit des arrêtes de production, Tesla pourrait dépasser les 500 000 véhicules livrés à l’année. Un record qu’Elon Musk ne souhaite pas voir s’envoler. Du coup, l’enjeu devient cornélien. Laisser faire le patron de Tesla serait perdre la face pour les autorités dont les mesures sanitaires apparaîtraient tout à coup peu sérieuses. Mais lui refuser la réouverture de son usine risquerait de le faire fuir vers le Texas et, dans son sillage, 10 000 ouvriers. 

Vers la défaite des pouvoirs publics ?

Un vent de révolte siffle dans les couloirs de la Silicon Valley. Car d’autres entrepreneurs Californiens, eux aussi très influents, pourraient avoir envie de prendre eux aussi leur destin en main. Certains rappellent que le fait de rester chez soi est une liberté individuelle et que l’Etat ne peut forcer les gens à se calfeutrer. La décision d’Elon Musk pourrait donc initier un mouvement de protestation. Un esprit libertarien selon lequel il n’y aurait rien à attendre des pouvoirs publics.  En attendant de voir ce qui se produit en Californie, une chose est sûre, on entendra bientôt reparler d’Elon Musk. Ce 21 Mai, un autre de ses bébés devrait s’envoler dans l’espace :  la fusée Space X…

Partagez l'article sur :