Coronavirus : les constructeurs automobiles se mobilisent

coronavirus

Pour lutter contre l’épidémie de Coronavirus, les constructeurs automobiles et les équipementiers participent à l’effort de guerre. Production de masques, de respirateurs, de ventilateurs… Les chaînes de constructions automobiles sont réquisitionnées. 

L’industrie automobile est utile. En plus d’employer des centaines de millions de personnes dans le monde (presque un demi-million en France), de permettre une mobilité individuelle pour aller travailler, faire des courses, etc, l’automobile est un secteur innovant capable de grandes initiatives pour lutter contre le Covid-19. Face au manque de masques, de gants ou d’appareils respiratoires, les constructeurs se mobilisent pour se mettre au service de la guerre sanitaire contre le Coronavirus. Quitte à remettre l’ouvrage cent fois sur le métier afin de mettre au point des appareils hautement technologiques.

Des prêts de véhicules

Alors que l’activité hospitalière connaît un rythme sans précédent, les prêts de véhicules permettent également de soulager ceux qui sont engagés auprès des malades. Renault transforme même ses véhicules en ambulance pour faire face à la pandémie comme au Maroc où des Lodgy ou des Trafic sont sur le front pour transporter les malades. Opel France, de son côté, propose au personnel soignant d’emprunter gratuitement un véhicule de courtoisie ou de location, pour un total de plus de 300 voitures mises à disposition. Opel propose aussi l’entretien à prix coûtant pour ses clients faisant partie du corps médical. Le groupe PSA suit la même initiative et a réouvert quatorze sites après-vente en France. Le groupe français met également des voitures électriques issues de sa filiale de mobilité Free2Move à la disposition des hôpitaux de Paris et des professionnels de santé. Renault, quant à lui, pense à prêter 300 Zoé au personnel médical. Et Land Rover met carrément à disposition son Defender dernière génération auprès de services de secours et d’organisations tels que la Croix-Rouge.

Production de masques contre le coronavirus

Fiat et Renault notamment créent des initiatives dans le domaine de l’ingénierie. Des chaînes de solidarité se sont créées pour réaliser des masques à l’aide d’imprimantes 3D. C’est ainsi qu’en seulement 4 jours, Renault a distribué plus de 4 000 d’entre eux dans plusieurs hôpitaux et dans des résidences de personnes âgées. Le groupe Renault a également fabriqué 30 000 visières en une semaine pour lutter contre le Coronavirus. Alpine a renforcé son aide. De son côté, Fiat-Chrysler produit des masques pour les services d’urgence. Plus d’un million de masques seront ainsi distribués gratuitement aux pompiers, ambulanciers et policiers. 

Renault, Skoda et Seat créent des respirateurs

Après une paralysie de deux semaines, les machines se sont également remises en route dans les ateliers de plusieurs marques automobiles. Aujourd’hui, 60 appareils respiratoires et près de 500 masques FFP3 particulièrement robustes et homogènes, sortent des usines de Skoda, chaque jour, grâce à ses imprimantes 3D. De son côté, Seat collabore avec des médecins et une entreprise de design pour fabriquer des respirateurs avec des moteurs d’essuie-glace. Désormais, environ 100 respirateurs OxyGEN sont fabriqués chaque jour, par une trentaine d’employés volontaires. Accoutumés à la vitesse, les ingénieurs F1 de Mercedes ont développé et homologué un respirateur qui s’apprête à être livré aux hôpitaux Britanniques. 

Tesla et Dyson fabriquent des ventilateurs pour lutter contre le coronavirus

Tesla met lui aussi la main à la pâte pour batailler contre le Coronavirus. La compagnie américaine travaille sur un prototype de respirateur artificiel à base de pièce de la Tesla Model 3, son modèle phare. Le tableau de bord de la Model 3 permettra d’afficher les données du respirateur (pression, débit et volume d’air) et de le paramétrer. Quant au pilotage de la machine, il sera assuré grâce à l’ordinateur de bord de la voiture. De son côté, Dyson, la société anglaise d’électroménager, a produit des respirateurs artificiels en utilisant uniquement des pièces issues de ses produits pour le livrer au gouvernement britannique.

Partagez l'article sur :