Conseils futés pour faire son plein sans trop dépenser

ethanol e85

Les prix explosent. En l’espace d’une petite année, le sans-plomb 95 a augmenté de 16 %, celui de gazole a pris 24 %. Mais les tarifs peuvent varier d’une station-service à une autre. Voici quelques astuces pour rouler (un peu) moins cher.
Le cours du baril est à la hausse, les taxes gouvernementales aussi. Et si le gouvernement souhaite aligner le prix du sans-plomb sur celui du diesel, il se trouve que, dans une station sur cinq, le gazole dépasse déjà l’essence, au grand dam des automobilistes. Car si la part du diesel est en nette baisse dans la vente des voitures neuves, il est toujours dominant dans le parc roulant, dont les voitures sont âgées , en moyenne, de 8 ans. Alors chacun cherche des pistes pour faire le plein le moins cher, en commençant par fuir certaines pompes.

Bannir les stations-services d’autoroute

On le sait, c’est sur les aires d’autoroutes, que le prix du litre est le plus élevé. Non en raison d’une cupidité excessive des pétroliers, mais parce qu’ils doivent reverser une taxe aux sociétés d’autoroutes qui gèrent les tronçons ou elles sont établies. C’est ainsi que tous les produits vendus sur ces aires sont plus chers qu’ailleurs. Ailleurs, ne signifie pas pour autant qu’il suffit de sortir de l’autoroute pour se rendre à la première pompe venue. Car leurs gérants connaissent la manœuvre, et ont tendance à gonfler leurs tarifs.

Fuir les centres-villes, les lieux de vacances et les coins reculés

Le prix de l’acheminement du carburant vers les pompes détermine lui aussi le prix du litre d’essence, de même que le prix de l’immobilier aux endroits où elles se trouvent. Aussi, le gasoil ou le sans plomb sont toujours plus chers dans les centres-villes qu’en périphérie, ou dans les hauts lieux de vacances (stations balnéaires ou de sports d’hiver). De même, il faut éviter les stations services situées dans des lieux reculées et en montagne, généralement éloignées des raffineries où les camions qui les livrent viennent faire le plein.

Les hypermarchés : le bon plan

Les prix les plus bas se retrouvent toujours et encore dans les stations des hypermarchés. Principalement ceux qui sont situés en périphérie des grandes villes. Car les grands distributeurs (Auchan, Carrefour, Leclerc) s’y livrent une féroce concurrence et on tout intérêt à séduire des consommateurs attirés par leurs prix bas, y compris dans leurs stations-service. Pour mieux en profiter encore, il faut guetter les opérations « prix coûtants » de ces mêmes chaines d’hypermarchés. Elles sont réalisées au moment des fêtes, ou des grands départs, et permettent d’économiser quelques centimes supplémentaires par litre.

Les pétroliers low-cost

Voyant les parts de marché leur échapper, au profit des hypermarchés, les pétroliers ont répliqué. Et ont ouvert, ces dernières années, des stations-services plus accessibles. C’est notamment le cas d’Esso avec ces pompes « express » ou encore Total et ses stations « Access ». Ces points de vente sont souvent totalement automatisés : une économie réalisée sur le personnel qui permettent ces tarifs attractifs.

Les comparateurs : le prix de l’essence 2.0

Reste qu’une même enseigne de supermarché, ou pétrolière, n’applique pas la même politique tarifaire dans toutes ses stations. Depuis plusieurs années, tous les distributeurs ont l’obligation de fournir leurs tarifs actualisés à l’Etat qui les compile sur son site prix-carburants.gouv.fr. Il recense les tarifs dans chaque département. Plus pratiques, les applis comme gasoil Now ou Zagaz. Elles permettent de savoir, grâce à son Smartphone, à quel endroit faire le plein le moins cher possible tout en restant sur le trajet que l’on a choisi.

L’essence à l’étranger : les meilleurs prix

Traverser la frontière belge, allemande ou luxembourgeoise n’est pas donné à tous. Mais pour les frontaliers, faire son plein à l’étranger est devenu un réflexe. Et pour les automobilistes de passage, il tend à le devenir. Car la différence de prix sont flagrantes. En Belgique, l’essence s’affiche 12cts moins cher que chez nous, en Allemagne, le gasoil est proposé à 14cts de moins. Le record, quant à lui, est toujours détenu par le Luxembourg, avec une baisse de 35 cts sur le diesel.