Comment essayer une voiture avant de l’acheter ?

Pour ne pas avoir de mauvaises surprises, essayer une voiture avant de l’acheter et d’investir une bonne somme d’argent s’avère être une bonne option. Que faut-il vérifier lors de ce test automobile ? Plusieurs points relativement évidents mais auxquels on ne pense pas forcément peuvent facilement être checkés par les soins de l’acheteur. Si ce dernier ne se sent pas totalement à l’aise avec les notions de contrôle, il peut demander à un de ses proches d’assister avec lui à l’essai du véhicule.

Essai auto : les points à checker

Quand on achète une auto d’occasion, il faut que le dossier du véhicule, le carnet d’entretien, les factures des remplacements des pièces d’usures ou des réparations d’entretien ainsi que le livret d’utilisateur (ou la notice du constructeur) soit à disposition. Puis une petite inspection de l’état de la carrosserie s’impose évidemment. Est-elle endommagée et au goût de l’acheteur ? Car s’il y a des rayures ou des marques importantes, cela peut engendrer un abaissement du prix de vente de l’auto. Autre question : la forme et la taille du véhicule est-elle celle recherchée pour se garer et effectuer des manœuvres ? Certains détails sont également importants à noter : les pneus sont-ils de la même marque et de la même taille ? Présentent-ils une usure irrégulière qui pourrait être à l’origine d’un défaut de parallélisme ?

Ensuite, il faut s’intéresser à l’habitacle. L’espace est-il assez grand, fonctionnel et pratique ? Quant aux options, sont-elles celles qui étaient souhaitées ? Astuce pour vérifier si le compteur n’a pas été trafiqué : les chiffres du nombre de kilomètres affichés sont-ils bien alignés ? Les sièges sont-ils en bon état ? Pour le savoir, il ne faut pas hésiter à retirer les housses s’il y en a. Faire fonctionner toutes les commandes de bord comme les phares, le chauffage, la clim, les warnings, les essuie-glaces permettent aussi d’éviter de mauvaises surprises.

Comment se déroule un essai ?

Une personne accompagne toujours le futur acheteur durant l’essai. Si les tests se déroulent souvent en ville, il est tout à fait possible de le réaliser sur une voie rapide ou l’autoroute. Cela permet de tester toutes les vitesses qui doivent passer facilement et sans faire de bruit. Laisser le propriétaire conduire permet aussi d’observer de quelle façon l’auto a été traitée. Au démarrage, contrôler les fumées d’échappement peut permettre de voir si l’auto a un moteur qui consomme trop d’huile (fumée bleue), un joint de culasse cassé (fumée blanche) ou si le moteur est encrassé (fumée noire). A l’arrêt, pour vérifier la direction, il suffit de tourner le volant et de voir s’il n’y a pas trop de décalage avec les roues qui tournent. Lors du roulage, il faut rester attentif aux bruits du moteur. S’il y a des bruits de cognement, cela peut signifier que certaines pièces frottent ce qui peut entraîner la casse de ces dernières. Un sifflement aigu est rarement bon signe : il peut s’agir d’un roulement en train de gripper et bientôt du craquage de la courroie de distribution. Pour checker l’embrayage, il faut serrer le frein à main, passer la 3ème et relâcher l’embrayage. Si l’auto cale, tout va bien. Sinon cela signifie que le disque d’embrayage est à changer. La vérification du freinage est également cruciale : pour cela, freiner en ligne droite et constater que la voiture reste dans l’axe prouve que le système de freinage est sûr.

La négociation

C’est souvent durant l’essai que les négociations quant au tarif du véhicule se font. Les défauts esthétiques (éraflures, rayures, casse…), techniques (absence de roue de secours) permet de demander une remise au vendeur.