Carburant : comment rouler moins cher ?

Consommation d'essence

Les prix flambent à la pompe. Heureusement, il existe des solutions pour rouler moins cher. Les voitures électriques ou à hydrogène, sont évidemment une bonne alternative. Mais les carburants comme le GPL ou l’éthanol (E85), sont encore un autre moyen d’économiser à la pompe. Passage en revue de ces deux carburants bien moins chers que l’essence ou le diesel.

Le GPL

Pendant que les motorisations diesel et essence voient leurs prix à la pompe flamber, le GPL (Gaz de pétrole liquéfié) tire largement son épingle du jeu en affichant un tarif de 0,73€ le litre en moyenne. Le GPL constitue une alternative possible afin de réaliser des économies mais aussi, cerise sur le gâteau, de limiter la pollution. En 2018, 240 000 véhicules roulent au GPL et génèrent de nombreux avantages que ces derniers soient écologiques, économiques ou encore fiscaux. La demande est croissante : de nombreux constructeurs proposent des voitures neuves ou d’occasions roulant au GPL. A l’année, le budget de carburant pour une voiture au Gaz de Pétrole Liquéfié est réduit de -28% par rapport à un modèle essence (Ndlr, rapport Ademe 2017). Et comme la combustion complète du GPL n’encrasse absolument pas le moteur, son entretien n’est pas plus lourd qu’une auto thermique. Enfin, pour rassurer les gros rouleurs, sachez que plus de 1750 stations-service proposent aujourd’hui du GPL. Au niveau de l’environnement, les bienfaits du GPL ne sont plus à démontrer. D’ailleurs, depuis la 1er janvier 2018, les véhicules GPL émettant moins de 100 grammes de CO2/km sont exonérés de TVS. Mais le GPL a encore d’autres avantages, notamment la récupération de la TVA à 100% sur les achats de GPL ainsi qu’un malus réduit. En 2018, le malus se destine, en effet, aux voitures émettant plus de 120g de CO2/km. Les véhicules GPL émettant jusqu’à 20% de moins de CO2 qu’une motorisation essence équivalente, choisir le GPL comme carburant, c’est également faire baisser son malus ou carrément s’en affranchir selon le modèle choisi. Bilan : grâce à ses multiples atouts, le GPL est clairement une bonne affaire à l’achat. A l’usage aussi et à la revente également car le véhicule tournant au GPL conserve sa vignette Crit’air 1. Encore rares sur le marché des voitures d’occasion, les autos GPL ont pourtant un énorme avantage : l’accès aux grandes villes françaises et européennes ne leur est pas refusé.

Le boîtier E85

Jusqu’à présent, pour rouler à l’éthanol, cela nécessitait de posséder une auto équipée dès sa mise sur le marché. Mais depuis le 1er avril 2018, c’est fini. Grâce à un simple boîtier, n’importe quelle voiture peut désormais profiter de ce carburant, bien moins cher que l’essence ou le gazole. En effet, avec le Superéthanol, la voiture consomme 10 à 15% de carburant supplémentaire. Et avec un plein deux fois moins cher, l’automobiliste reste largement gagnant, d’autant que le boîtier n’affecte pas les performances du moteur. Une excellente nouvelle pour les automobilistes qui roulent à l’essence : presque 15 millions de voitures en France pourront être équipées de ce boîtier éthanol en faisant poser un boîtier de conversion. Opération bénine qui ne coûte pas plus de 700 euros (en fonction du nombre de cylindres du moteur) : avec un garagiste agréé, un boîtier homologué et quelques raccordements la pose est rapidement effectuée. A savoir : le changement de carburant avec un boîtier éthanol ne change en aucun cas la durée de vie du moteur si le boîtier, de qualité, est correctement réglé. Ce type de boîtier de conversion n’est, certes, pas nouveau. Ce qui a changé, c’est qu’ils sont désormais homologués. Pour l’automobiliste, c’est l’assurance de garder la garantie du constructeur et… de son assurance. Quant à l’investissement, il est amorti dès la première année. Dernier avantage du boîtier Superéthanol : au-delà des précieuses économies réalisées à la pompe, l’automobiliste ne paye plus sa carte grise dans certaines régions. De belles économies quand on doit immatriculer son véhicule. Seul bémol : sur les 11 700 stations en France, à peine 1000 en proposent. Heureusement, il existe une solution : une appli permet de trouver facilement les stations qui possèdent du Bioéthanol.