Il est essentiel de bien manger avant de rouler

Lors de longs trajets, il faut éviter de manger n’importe quoi. Une étude de l’association Assurance Prévention recommande quelques aliments empêchant de somnoler. Il est nécessaire de bien manger avant de rouler.

bien manger avant de rouler

L’ennemi, c’est la somnolence. En voiture, elle est redoutable. A titre d’exemple, une micro-sieste de 2 ou 3 secondes, que nombre de conducteurs avouent avoir pratiqué au volant un jour au l’autre, équivaut à un déplacement de 150 mètres sur l’autoroute. Cette somnolence est responsable d’un tiers des accidents mortels sur les mêmes autoroutes et elle n’est pas seulement liée à la fatigue d’une trop longue route, mais aussi aux effets d’un repas trop lourd qui entraîne une irrépressible envie de sieste. Ce constat, l’association Prévention Routière l’a fait en s’appuyant sur des tests grandeur nature. 

Un test grandeur nature

Plusieurs cobayes se sont soumis à l’exercice pour le compte de l’organisme, prenant le volant sur des simulateurs de conduite reproduisant un parcours autoroutier. Après avoir ingurgité un repas copieux et bien mangé avant de rouler, ils se sont installés, munis de capteur répartis sur l’ensemble du corps et se sont mis (virtuellement) en route. Résultat : la somonolence les a gagné. Et, soumis à un obstacle, leurs réactions, et leur distance de freinage, se sont allongés. Un autre groupe, a effectué le même test sans rien manger, alors qu’un troisième a avalé un repas spécialement préparé pour l’opération. Surprise : en matière de distance de freinage notamment, c’est le groupe qui a consommé le repas optimisé qui a conservé les meilleurs réflexes, qui se sont avérés meilleurs que les pauvres cobayes totalement a jeun. 

Bien manger avant de rouler : de l’acidité et de l’amertume

Mais que contenaient les fameux repas optimisés ? Les chercheurs et nutritionnistes travaillant pour l’association ont opté pour un déjeuner hyper calorique pour le premier groupe de cobaye, ceux-là même qui s’endormaient presqu’inévitablement. Ils en ont donc déduis qu’en baissant ces fameuses calories, il était possible d’éviter la somnolence. Mais il n’est pas seulement question d’avaler des aliments basse calorie, et surtout pas question de ne rien avaler du tout : il faut au contraire bien manger avant de rouler mais opter pour des mets bien précis, qui contiennent notamment des goûts qui, selon les nutritionnistes dépêchés par l’association, empêchent l’endormissement. Ils préconisent ainsi des aliments qui contiennent de l’acidité et de l’amertume. Tant pis pour les becs sucrés.

Des menus spéciaux pour bien manger avant de rouler

Le temps de cette étude, l’association Assurance Prévention s’est donc transformé en chef cuisinier d’un jour afin de montrer comment bien manger avant de rouler, concoctant le menu idéal que devraient suivre les estivants qui souvent doivent aligner huit heures de route vers la plage. Mission pour ses cuistots particuliers : concocter un menu à la fois hypo-calorique et remplit d’acidité et d’amertume. Le tout en restant attirant. Une tâche difficile dont ils ont essayé de se tirer. Et le résultat qu’ils ont obtenu est plutôt alléchant. En entrée, les nutritionnistes gourmets proposent une assiette composée de  tomates vinaigrées, accompagnées de concombres et de radis sur des feuilles d’endives. Une variante ? Des pois chiches et du houmous pour une touche d’exotisme. 

Poisson ou poulet

Plus roboratif, le plat principal se compose de poisson blanc ou de poulet citronné et grillé. Pour accompagner cette viande ou ce poisson, il est recommandé de consommer des courgettes cuites à la vapeur, ou une omelette dont on aura retiré les jaunes d’œuf. Variante possible : des champignons poêlés sans matière grasse. Le dessert n’est pas oublié dans ce menu spécial pour bien manger avant de rouler, avec des tranches de kiwis, une ou deux nectarine ou des cassis, éventuellement accompagnés d’un carré de chocolat, dont l’organisme va jusqu’à préciser la teneur : 90% de cacao. Evidemment, ce type de repas est difficilement compatible avec les fast-food et sandwicheries des aires d’autoroute, mais il est possible de le concocter avant son départ et de l’emporter en voiture. 

Partagez l'article sur :