Automobile 2018 : 7 faits marquants

En général, une année automobile se décline surtout en fonction des sorties de nouveaux modèles, plus ou moins réussis, ou de nouvelles technologies, plus ou moins innovantes. Mais l’année automobile 2018 a surtout fait la part belle aux mauvaises nouvelles. Entre la mort du patron de Fiat, et l’arrestation de celui de Renault, en passant par l’instauration des 80km/h et le durcissement des normes d’homologation, la rétrospective prend des allures de déprime pour l’automobile. Heureusement quelques bonnes nouvelles, comme l’obtention pour Volvo de son premier trophée de voiture de l’année et la mise en place d’une prime à la casse, viennent égayer une année plutôt morose.

Volvo XC 40

1/ Carlos Ghosn arrêté au Japon

C’était le 19 novembre 2018. En atterrissant à Tokyo à bord du jet privé de l’Alliance, Carlos Ghosn est arrêté par les autorités japonaises, et conduit au commissariat. Motif : il est soupçonné d’avoir dissimulé une partie de ses revenus au fisc nippon. Dans les heures qui suivent, le cours de Renault chute en bourse, avec un pic qui atteint 13,8%. Alors que la détention de l’ex président Carlos Ghosn de l’Alliance Renault-Nissan est prolongée jusqu’au 10 mars 2019 au moins, le conseil d’administration lui a trouvé ses remplaçants : le patron de Michelin Jean-Dominique Senard qui a pris la présidence de Renault et, à ses côtés, Thierry Bolloré qui a pris la direction générale du groupe au losange.

2/ Le décès de Sergio Marchionne

Sergio Marchionne, l’emblématique patron de Fiat pendant 14 années, est décédé le 25 juillet 2018 suite à une opération en Suisse. C’est Mike Manley, qui était à la tête de Jeep, qui l’a remplacé.

3/ Volvo marque de l’année 2018

Avec son SUV compact XC40, Volvo avait marqué l’année 2018 de son empreinte en décrochant le titre de Voiture de l’année 2018 en Europe. Et son XC60 a, juste après, été élu voiture mondiale de l’année. A cela s’ajoute un record d’immatriculation en 2018 : 582 000 immatriculations, contre 571 000 sur l’ensemble de l’année 2017 et 427 000 autos en 2013.

4/ L’instauration des 80 km/h

Le 1er juillet 2018, une mesure très critiquée et passée en force, sur laquelle on risque de revenir cette année, a mis en place les 80km/h sur les départementales.

5/ Le mouvement des Gilets Jaunes

La contestation des gilets jaunes est partie de la hausse des prix des carburants, qui avait atteint un pic cet automne 2018 suite à une flambée des cours du pétrole. Les gilets jaunes ont réussi à faire plier le gouvernement, lequel a décidé d’abandonner les prochaines hausses de taxes.

6/ Nouvelle prime à la casse : un carton

Une nouvelle prime à la conversion a été mise en place en 2018, sous l’impulsion de Nicolas Hulot, alors ministre de la Transition Ecologique. Un succès : alors que le gouvernement pensait verser 100 000 aides, il y en aura eu finalement près de 300 000. Deux éléments ont séduit : une aide portée à 2 000 € pour les ménages non imposables et la possibilité d’acheter avec un véhicule d’occasion. De quoi réaliser une bonne affaire.

7/ Le passage au WLTP

Bien plus contraignant que l’ancien NEDC, le WLTP instauré depuis le 1er septembre 2018 sur toutes les voitures neuves vendues en Europe oblige ces dernières à être homologuées avec le protocole de mesure WLTP. À la clé : des valeurs de consommations et d’émissions de CO2 plus réalistes, et donc plus élevées. Les nouvelles normes WLTP ont également conduit les constructeurs à immatriculer le plus rapidement possible des milliers de véhicules avant la fin août 2018, la date butoir d’entrée en vigueur des nouvelles règles étant fixée au 1er septembre. D’où la baisse des ventes automobiles de cette fin d’année 2018.