Assurance auto en temps de confinement : ce qui change

Coronavirus et période de confinement obligent, de nombreux automobilistes n’ont pas utilisé leur auto, posant le problème de l’assurance auto. Petit tour d’horizon.

assurance auto

Selon les calculs de l’UFC Que Choisir, les assurances auto ont économisé quelque 2.2 milliards d’euros (soit 50 euros par voiture) durant le confinement. Cela est bien sûr lié au fait que le nombre d’accidents a baissé de 75%. Pour autant, la Fédération française des assurances (FFA) ne confirme aucune baisse des cotisations. 

Assurance auto : faut-il résilier votre contrat ?

Pas question de résilier votre contrat d’assurance auto. Car votre voiture peut s’abîmer sans rouler ou être l’objet de dégradations, volontaires ou non. Orage de grêle, incendie, vol… rester assurer est une obligation. En revanche, si vous roulez très peu voire pas du tout, vous pouvez modifier votre contrat. 

La FFA ne compte pas baisser les cotisations

La chute du nombre d’accidents sur les routes a permis aux assurances auto d’économiser plus de 2 milliards d’euros. L’association de consommateurs a donc demander aux pouvoirs publics d’imposer aux compagnies de rétrocéder ces bénéfices à tous les assurés comme l’a fait, dans une certaine mesure, la MAIF. Selon les estimations, cela correspondrait à un rabais de 50 euros par voiture et 29 euros par moto. Mais les assureurs répondent qu’ils craignent un rebond des accidents avec le déconfinement et les vacances qui se profilent. La FFA (Fédération française des assurances) jugera donc à la fin de l’année des accidents automobiles. 

Les gestes commerciaux de quelques  assurances 

Certaines compagnies d’assurance proposent des gestes commerciaux. La Matmut, par exemple, a décidé de geler ses tarifs jusqu’à la fin de l’année 2021. Comme les sinistres ont chuté de -65% et que les assureurs réalisent des économies, les tarifs de la Matmut n’augmenteront donc pas. La MAIF va encore plus loin puisqu’elle s’apprête à rembourser de 30 euros en moyenne ses assurés. Il vaut donc mieux que vous preniez contact avec votre assurance pour voir quel geste commercial elle propose. 

Une assurance auto à la journée

La start-up Wilov propose une « offre à la journée », avec une tarification à l’usage. En période de confinement, une assurance auto à la carte tombe à pic. Avec un abonnement de 20 euros en moyenne, vous couvrez votre auto quand vous ne roulez pas et payez ensuite seulement si vous roulez (1 euro en moyenne par jour). Tout se fait via votre smartphone et un badge collé sur le pare-brise qui met à jour les données en temps réel ou en différé si vous avez opté pour une facturation mensuelle. 

Les radars verbalisent les conducteurs sans assurance

Le nombre de victimes d’accidents impliquant un véhicule non-assuré étant en hausse (30 873 personnes en 2019, soit une hausse de 12% depuis 2012), la chasse aux 700 000 véhicules non assurés est ouverte. Au-delà de l’amende de 3750 euros associée au retrait du permis ainsi qu’à la confiscation du véhicule, une nouvelle étape a été franchie en Octobre 2019 pour lutter contre la conduite sans assurance. Alors que seules les forces de l’ordre étaient jusqu’alors en mesure de le faire lors d’un contrôle (souvent à la suite d’un accident), les radars automatiques sont désormais capables de vérifier si un véhicule est couvert ou non. Concrètement, pour chaque avis de contravention émis, le système de contrôle automatisé interrogera le FVA (Fichier des véhicules assurés) afin de vérifier si le véhicule impliqué est présent dans leurs fichiers. Selon la CNIL, la vérification de la couverture se fera dans les 72 heures suivant la constatation de l’infraction. A savoir que l’ensemble des radars actuellement en service est compatible avec cette mesure, de même que les dispositifs futurs qui seront déployés en France par la suite. 

Partagez l'article sur :