À qui acheter ou vendre son véhicule ?

Les canaux de distribution pour acheter sa voiture sont nombreux. Ils se résument en deux grandes familles : le canal particulier et le canal professionnel. Chaque canal ayant ses avantages et ses inconvénients, ils sont à choisir en fonction de vos critères (prix, choix, fiabilité, garantie, etc). Le circuit (particulier / professionnel) est identique si vous avez une voiture à vendre.

ACHETER SA VOITURE

CANAL PARTICULIER

  • LE PARTICULIER.
    La plus grande partie des ventes de véhicules d’occasion se fait entre particuliers. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser les prix ne sont pas toujours moins chers que chez les pro. Un inconvénient : vous ne bénéficiez d’aucune garantie exceptions faites de la garantie constructeur (si la voiture l’est encore) et de celle couvrant les vices cachés (cf. les différentes garanties). Il est donc très difficile de se retourner contre l’ancien propriétaire en cas de litige.
  • LA VOITURE DE COLLABORATEUR.
    Il s’agit d’un modèle acheté avec remise par un membre du personnel d’un constructeur qui est revendu par ses soins au bout de quatre ou six mois. Il a généralement peu roulé, est toujours de première main et bénéficie de la garantie constructeur. L’économie se situe dans une fourchette large entre 10 % et 25 % en fonction du modèle.

CANAL PROFESSIONNEL

  • LE CONCESSIONNAIRE ET SON RÉSEAU D’AGENTS.
    Les modèles proposés par les concessionnaires bénéficient d’un nettoyage et d’une révision complète selon des normes strictes, d’une bonne couverture en terme de garantie et ils sont prêts à partir. Le professionnel engage sa responsabilité sur le bon fonctionnement du véhicule. Dans les grandes lignes, les véhicules proposés ont rarement plus de 5 ans et ont plutôt un kilométrage en dessous de 100 000 km. Les véhicules proviennent de trois sources : les reprises qui ont permis au garage de vendre un modèle neuf, les sociétés de location courte ou longue durée ou les véhicules de direction (voitures de la concession). Aujourd’hui, la plupart des marques disposent d’un label VO (cf. « Les différentes garanties »), un avantage certain pour acheter en toute tranquillité. Il est conseillé d’acquérir un modèle chez un professionnel de la marque car il en aura une meilleure connaissance.
  • LES CENTRES VO INDÉPENDANTS ET LES MANDATAIRES.
    Chez les vendeurs spécialisés VO, le choix est plus éclectique. Pour les véhicules n’étant plus sous garantie constructeur, les professionnels commercialisent plusieurs formules de garantie « pannes mécaniques » allant de trois à douze mois. Plus le véhicule est âgé, moins la garantie est importante. Pour éviter les mauvaises surprises, choisissez les enseignes qui ont pignon sur rue et qui bénéficient d’une bonne réputation. Depuis peu de temps, les mandataires ont également développé de leur côté une offre sur le marché VO avec possibilité de reprise.
  • LES SOCIÉTÉS DE LOCATION.
    Les grandes sociétés de location courte ou longue durée vendent également en direct leurs véhicules. Ce sont des modèles qui ont entre douze et quarante-huit mois. En fonction des marques, ils disposent encore de la garantie constructeur. Si ce n’est pas le cas, ces sociétés proposent une garantie « pannes mécaniques » de six mois (cf. « Les différentes garanties »). Avantage : l’historique de l’entretien du véhicule est connu. Inconvénient : les véhicules ont pu passer entre plusieurs mains, ce qui peut créer des problèmes de fiabilité sur le long terme.
  • LES AGENCES « AUTOMOBILIÈRES ».
    Apparue récemment sur le marché, les agences « automobilières » fonctionnent comme les agences immobilières : elles mettent en relation les acheteurs et les vendeurs particuliers, moyennant une rémunération sur la vente. Les prix sont sensiblement identiques à ceux pratiqués sur le marché entre particuliers. Vous disposez d’une aide pour les documents administratifs ainsi que d’un recours
    légal en cas de conflit, car ce sont des professionnels de l’automobile. Quelques points noirs subsistent : le choix assez limité de véhicules, le manque de garantie sur son kilométrage ou sur son état mécanique, la difficulté à voir ou essayer le véhicule.
  • LA VENTE AUX ENCHÈRES.
    Détrompez-vous ! Les ventes aux enchères ne sont pas réservées uniquement aux véhicules de collection. Vous y trouverez des modèles de tous horizons (constructeurs, loueurs, sociétés de crédit et de leasing, administrations, successions, etc.). Dans la grande majorité des cas, les voitures disposent de la carte grise et d’un rapport du contrôle technique, ce qui rappelons-le, n’est pas suffisant pour connaître l’état du véhicule. Il est possible de les voir avant la vente, très rarement de soulever le capot, et est impossible de les essayer. Ces ventes sont donc conseillées aux connaisseurs : les informations données sur les véhicules ne sont jamais garanties. De plus, il ne faut pas oublier qu’au prix de vente, s’ajoutent les frais d’adjudication ainsi que différents frais propres à chaque salle de vente, ce qui peut vite faire grimper l’addition.
  • LES FOIRES ET SALONS.
    Ce sont des rendez-vous réguliers où les professionnels exposent leurs modèles. Les avantages sont nombreux : vous disposez d’un large choix dans un même endroit et vous pouvez bénéficier de remises plus importantes liées à l’événement.
  • À L’ÉTRANGER.
    Rien ne vous empêche d’acquérir une voiture à l’étranger. Les règles pour acheter sont les mêmes qu’en France. Dans le chapitre « Les démarches administratives à suivre », nous détaillons les procédures administratives pour la faire immatriculer.

A qui acheter ou vendre sa voiture

VENDRE SA VOITURE

  • À UN PARTICULIER.
    De loin la solution la plus intéressante, surtout si vous avez un véhicule très recherché. Vous fixez vous-même le prix, calculé en faisant une moyenne des annonces correspondantes à votre modèle ainsi que votre marge de négociation. Vous devez réaliser toutes les démarches administratives. Et attention aux arnaques (fiabilité du paiement par votre acheteur).
  • À UN PROFESSIONNEL.
    Se faire racheter sa voiture par un professionnel est financièrement moins intéressant, car il doit ajouter des frais éventuels de remise en état ainsi que sa marge au prix d’achat du véhicule et tend donc à tirer vers le bas le montant qu’il vous en offrira. En revanche, vous n’avez pas à gérer la partie administrative et vous pouvez vendre la voiture en l’état. Un professionnel peut vous faire deux offres : avec reprise ou sèche. Proposée par les concessionnaires et depuis peu par les mandataires et certains spécialistes VO, la reprise de votre véhicule d’occasion est conditionnée par l’achat d’un véhicule neuf (ou d’occasion) chez le professionnel. La reprise sèche est sans obligation d’achat. Mais le prix sera inférieur à celui proposé dans le cas d’un achat, car vous n’êtes pas dans le cas d’une offre globale.
  • À LA CASSE.
    Cette solution n’est valable que si votre voiture est âgée ou invendable pour des raisons mécaniques ou administratives. Le démolisseur agréé vous remet un récépissé de prise en charge pour destruction (Cerfa n°12514*01) qui stipule que vous vous êtes séparé de votre véhicule conformément à la réglementation. Ce document sera envoyé également à la préfecture pour annuler l’immatriculation. Le prix de votre véhicule se négocie avec le professionnel, sachant que le remorquage est dans la plupart des cas, gratuit.